•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orléans Express toujours en difficulté malgré une subvention de 450 000 $

Les précisions de Maude Montembeault
Radio-Canada

La situation financière du transporteur Orléans Express demeure précaire, malgré une récente subvention d'urgence de 450 000 $ accordée par Québec. L'entreprise espère toujours revenir à l'équilibre budgétaire en éliminant plusieurs trajets régionaux.

La subvention est « plutôt symbolique », a fait savoir ce matin Marc-André Varin, vice-président de Keolis Canada, propriétaire d'Orléans Express. « La perte l'an dernier était à près de 3,5 millions de dollars. Cette année, la situation continue à se détériorer », précise-t-il.

Marc-André Valin se réjouit tout de même de l'aide du gouvernement québécois. « Ce qui est intéressant, c'est que c'est une reconnaissance, selon nous, de la part du ministre et ministère qu'il y a une problématique », dit-il.

Le vice-président de Keolis Canada maintient toutefois qu'un montant de 450 000 $ est nettement insuffisant pour assurer la survie de l'entreprise à long terme.

M. Varin souligne néanmoins que l'entreprise de transport interurbain par autocar n'est pas au bord du gouffre. « On est encore confiants qu'avec la mise en oeuvre du plan de redressement, on retournera à la rentabilité, ou du moins à l'équilibre en 2015. »

La réduction, voire la suppression de certains services, principalement dans le centre et l'est du Québec, est l'un des principaux volets de ce plan de redressement. Les modifications de service proposées par Keolis Canada doivent être approuvées par la Commission des transports du Québec (CTQ), qui vient de tenir une série d'audiences publiques sur la question.

Le corridor entre Québec, Trois-Rivières et Montréal demeure rentable malgré une baisse du chiffre d'affaires. Mais pour l'ensemble de ses services, Orléans Express indique qu'elle subit des pertes de 12 000 $ par jour.

Robert Poëti « préoccupé »

Au bureau du ministre québécois des Transports, on indique que Robert Poëti demeure préoccupé par les conséquences de l'abandon éventuel de certains services en région.

Le ministre précise qu'il a versé une subvention d'urgence de 450 000 $ afin que l'entreprise maintienne ses activités en région jusqu'en 2015, ou jusqu'à ce que la CTQ rende une décision.

Québec

Société