•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rumeur de fermeture des conservatoires : un choc pour la veuve d'Edgard Davignon

Edgard Davignon

Edgard Davignon

Photo : Tiré du Portrait d'un Bâtisseur Edgard Davignon réalisé par Donald Ferland

Radio-Canada

L'annonce de la possible fermeture des conservatoires des régions du Québec a eu l'effet d'un choc pour Gisèle Davignon, veuve d'Edgard Davignon, fondateur du Conservatoire de musique de Val-d'Or.

Cette hypothèse de fermer les conservatoires des régions a attristé profondément l'épouse de celui qui a fondé en 1964 le Conservatoire de musique de Val-d'Or.

Cela a été pour moi comme un « boom », comme l'effet d'une bombe. Ça m'a tellement surpris que je me suis dit que ce n'était pas possible.

Gisèle Davignon

Il y a 50 ans....

Tout a commencé il y a 50 ans, alors que parti de Bruxelles pour l'Abitibi-Témiscamingue, Edgard Davignon s'est donné comme mission d'offrir un enseignement musical à tous les élèves qui ont du talent et qui aiment la musique.

C'était le rêve de mon mari. Quand il est arrivé, il a commencé par enseigner et tout en enseignant, il s'est rendu compte que les jeunes et les adultes avaient vraiment une passion pour la musique. Mon mari était un visionnaire!

Gisèle Davignon

Écoutez les propos de Gisèle Davignon dans cette entrevue réalisée par la journaliste Sandra Ataman.

Iniquité par rapport aux grands centres

Nombreux musiciens professionnels ont reçu une formation du Conservatoire de musique Val-d'Or.

La violoniste Amélie Lamontagne fait partie de l'ensemble La Pietà d'Angèle Dubeau. La Valdorienne est entrée au Conservatoire de Val-d'Or à l'âge de sept ans.

Moi, personnellement, sans le Conservatoire je n'aurais pas eu de formation musicale de ce type-là et je ne pense pas que mes parents auraient pu me le permettre. Toute ma carrière, aujourd'hui, en découle.

La violoniste Amélie Lamontagne

La présidente sortante de Musique, s'il vous plaît!, Marie St-Germain, craint un retour à l'iniquité des régions par rapport aux grands centres.

On est un peuple de défricheurs. On est un peuple de batailleurs. On est un peuple de fondateurs,  donc on ne peut pas laisser quelqu'un venir démolir ce que nos ancêtres ont bâti avec autant d'ardeur, avec autant de détermination et de courage.

La présidente sortante de Musique s'il vous plait, Marie St-Germain

Pour sa part, madame Davignon a encore espoir que l'oeuvre de mari survivra.

En complément: Portrait d'un bâtisseur-Edgard Davignon réalisé par Donald Ferland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Musique classique