•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tensions entre unionistes et indépendantistes en Écosse

La police a dû intervenir pour séparer des indépendantistes et des unionistes, vendredi à Glasgow.

La police a dû intervenir pour séparer des indépendantistes et des unionistes, vendredi soir à Glasgow.

Photo : Cathal McNaughton / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des affrontements ont éclaté vendredi soir à Glasgow, au lendemain du référendum sur l'indépendance de l'Écosse, qui a accordé la victoire au camp du non.

La police est intervenue pour séparer des partisans de l'union qui étaient allés narguer des indépendantistes réunis sur la place George, au centre de la plus peuplée des villes d'Écosse. Les deux groupes, totalisant plus de 300 personnes, ont entonné des chants patriotiques et crié des insultes, avant d'en venir aux poings et de lancer des fusées éclairantes.

Au moins trois personnes ont été arrêtées.

Plus tôt dans la journée, le chef indépendantiste Alex Salmond a annoncé sa démission comme premier ministre d'Écosse et chef de parti.

Sa démission sera en vigueur dès qu'un nouveau leader sera choisi en novembre.

Le premier ministre britannique David Cameron a pour sa part promis d'honorer ses promesses d'octroyer aux Écossais de nouveaux pouvoirs, notamment en matière de fiscalité.

Quant à la reine Élisabeth II, elle a appelé le peuple britannique à l'unité.

L'Écosse a dit non au référendum

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !