•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes policiers touchés par les compressions à la Sûreté du Québec

Étudiants en techniques policières
Les étudiants en techniques policières ne pourront espérer un poste à la SQ cette année.
Radio-Canada

La Sûreté du Québec n'échappera pas aux compressions budgétaires du gouvernement Couillard. Radio-Canada a appris que le corps de police devra notamment geler l'embauche de nouveaux agents.

Les étudiants en techniques policières du Cégep Garneau à Québec ont reçu une lettre du service de recrutement de la SQ les dissuadant de faire parvenir leur candidature.

« Actuellement, selon les informations que nous détenons, nous ne pouvons pas faire de prévision quant aux embauches pour le reste de l'année financière en cours. Cette situation exceptionnelle nous oblige à suspendre l'admission de toute nouvelle candidature pour une durée indéterminée, le temps de procéder à toutes les évaluations », peut-on lire dans la lettre.

Selon la lettre également, l'admission en ligne des nouvelles candidatures est suspendue à compter d'aujourd'hui.

Les étudiants de troisième année qui étaient sur le point d'envoyer leur candidature à la SQ se montrent déçus et inquiets.

« Il y a beaucoup de déception, c'est sûr que c'est un gros corps de police, ils engagent beaucoup de gens là », dit un étudiant.

« Ce qui va arriver c'est certain, c'est que comme il y a moins de postes à la Sûreté, il y a beaucoup de gens qui vont postuler au niveau des municipalités qui ne l'auraient peut-être pas fait. Donc, c'est certain qu'en général, l'embauche va être diminuée globalement », commente un autre étudiant.

Jacques Lapointe, professeur en techniques policières au Cégep Garneau garde espoir que la situation sera temporaire.

« C'est une situation qui n'est pas tellement désirable, mais moi, comme membre retraité de la Sûreté du Québec, on a connu ces événements-là au début des années 80. Il y a eu sept ans de temps où il n'y a pas eu d'embauches. La situation était encore pire qu'aujourd'hui. Éventuellement, j'imagine que ça va se replacer. »

Chaque année, la SQ embauche 200 nouveaux policiers patrouilleurs.

Québec

Société