•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après l'Écosse, la Catalogne veut son référendum

Une manifestation catalane à Barcelone à l'occasion de la «Diada» - la fête nationale catalane - 2014.

Une manifestation catalane à Barcelone à l'occasion de la «Diada» - la fête nationale catalane - 2014.

Photo : Albert Gea / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du gouvernement catalan, Artur Mas, a fait savoir vendredi qu'il entendait organiser le 9 novembre prochain un référendum sur l'indépendance de la Catalogne malgré le refus du gouvernement central de Madrid.

La victoire du non lors du vote sur l'indépendance de l'Écosse, annoncée quelques heures plus tôt, n'a pas dissuadé les dirigeants de la région de convoquer une consultation populaire sur la question d'une séparation d'avec l'Espagne.

Le Parlement régional catalan devait approuver vendredi après-midi, lors d'une séance extraordinaire, une loi fixant le cadre légal dans lequel pourrait être organisé ce référendum.

« Je vais signer le décret en vue de cette consultation en Catalogne, j'organiserai cette consultation le 9 novembre ainsi qu'en a convenu, il y a quelques mois de cela, la majorité des forces politiques catalanes », a dit le président de la Généralité de Catalogne.

Contrairement au pouvoir britannique qui avait accepté l'organisation du référendum en Écosse, le gouvernement espagnol estime qu'une telle consultation serait contraire à la
Constitution et a prévenu qu'il saisirait la justice pour empêcher sa tenue.

« Les règles démocratiques en Espagne sont ce qu'elles sont et, à cet égard, le gouvernement espagnol a décidé à une large majorité que les référendums d'indépendance n'étaient pas permis par le droit », a réagi la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, interrogée à l'issue du Conseil des ministres.

Les Catalans veulent voter

Artur Mas, qui estime que le non écossais ne constitue pas un revers pour la cause indépendantiste, est sous la pression des alliés de sa coalition gouvernementale Convergence et Union (CiU) qui souhaitent une consultation référendaire même si cette dernière est déclarée illégale.

D'après des sondages, une écrasante majorité de Catalans, jusqu'à 80 %, réclament le droit de pouvoir être consultés sur l'avenir de leur province. Et le camp des partisans d'une sécession progresse. Certains instituts de sondage le créditent désormais de la majorité des intentions potentielles de vote.

« Ce qui est clair, c'est que le gens veulent voter », note Josep Roda, un avocat de 55 ans. « L'Écosse est un bon exemple permettant au peuple d'exprimer son opinion ».

Le 11 septembre dernier, à l'occasion de la fête nationale catalane, plusieurs centaines de milliers de personnes ont formé une chaîne humaine dans les rues de Barcelone en faveur de l'organisation de ce référendum (Nouvelle fenêtre) dont Madrid ne veut pas entendre parler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !