•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg : une marche contre la violence

Plusieurs centaines de personnes ont marché dans les rues de Winnipeg jeudi soir pour dénoncer la violence.
Plusieurs centaines de personnes ont marché dans les rues de Winnipeg jeudi soir pour dénoncer la violence. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Des centaines de personnes ont participé à une marche contre la violence dans les rues de Winnipeg. Cette marche, qui avait lieu jeudi soir, est un événement annuel qui s'appelle Take Back the Night (« se réapproprier la nuit »). Elle s'est déroulée dans les rues du quartier North End, un quartier défavorisé.

La marche était lourde de sens puisqu'elle a eu lieu un mois après la découverte du corps d'une adolescente de 15 ans, Tina Fontaine. L'adolescente d'origine autochtone a été victime d'homicide. Son corps a été découvert le 17 août dans la rivière Rouge. La police de Winnipeg a ouvert une enquête et n'a pas fait d'arrestation.

« Je ne veux pas être la prochaine »

Plusieurs adolescentes ont participé à la marche jeudi soir.

« Cela me rend nerveuse et je ne veux pas être la prochaine », a déclaré Julia Forbister, âgée de 13 ans.

L'organisatrice de la marche, Mandy Fraser, dit que l'objectif est de dénoncer la violence et d'être solidaire avec les gens qui vivent dans le quartier.L'organisatrice de la marche, Mandy Fraser, dit que l'objectif est de dénoncer la violence et d'être solidaire avec les gens qui vivent dans le quartier. Photo : ICI Radio-Canada

L'organisatrice de « Take Back the Night », Mandy Fraser, travaille auprès des femmes victimes d'agression sexuelle. Elle dit qu'elle voit trop de femmes qui craignent pour leur sécurité dans les rues de Winnipeg.

« Ce sont des quartiers où des femmes autochtones ont été enlevées et la police le sait. [...] Nous voulons être solidaires avec les communautés et avec les gens qui vivent dans ces quartiers », dit Mme Fraser.

Rappelons qu'un groupe de bénévoles appelé « Drag the Red » a lancé mercredi une opération de dragage des eaux de la rivière Rouge pour voir s'il s'y trouve des corps de femmes disparues. Le groupe a été formé après la découverte du corps de Tina Fontaine.

Justice et faits divers