•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Multiplier les cellules souches dans le sang de cordon

Le reportage de Normand Grondin
Radio-Canada

Une molécule qui permet aux cellules souches dans le sang de cordon ombilical de se multiplier afin de produire encore plus de cellules a été identifiée par des chercheurs québécois de l'Université de Montréal.

Cette découverte, une première mondiale, pourrait être particulièrement utile pour les personnes d'origine asiatique aux prises avec de graves maladies du sang, comme c'est le cas pour Mai Duong, qui défraie les manchettes depuis quelques semaines.

Explications

Le sang de cordon ombilical peut être utilisé pour traiter des maladies génétiques et des malformations des cellules sanguines, comme la leucémie, parce que les cellules souches du sang d'un nouveau-né provoquent moins de réactions de rejet chez les patients transplantés. Cette thérapie représente pour de nombreuses personnes un traitement de dernier recours.

Toutefois, la faible quantité de cellules souches dans une unité de sang de cordon limitait jusqu'à aujourd'hui son utilisation plus fréquente comme traitement chez les patients adultes.

Le Dr Guy Sauvageau et son équipe de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) ont identifié une famille de molécules qui permet de multiplier par 100 le nombre de cellules souches se trouvant dans le sang de cordon.

Une étude clinique sur cette molécule, baptisée UM171 en l'honneur de l'Université de Montréal, débutera en décembre 2014 à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science.

Science