•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment éviter un autre accident mortel, comme celui du 18 septembre 2013?

Greg Mech, passager de l'autobus d'OC Transpo qui a percuté un train de Via Rail le 18 septembre 2013.

Radio-Canada

Un an après l'accident mortel entre un autobus d'OC Transpo et un train de Via Rail, à Ottawa, un des passagers de l'autobus partage ses suggestions pour qu'une telle tragédie ne se reproduise pas.

Le matin du 18 septembre 2013, Gregory Mech, a pris son autobus 76 dans Barrhaven, selon son habitude.

Après avoir pris la courbe en quittant la station Fallowfield du Transitway, il a remarqué que les signaux lumineux au passage à niveau étaient activés.

« J'ai noté que la vitesse [du véhicule] n'a pas été réduite. Je pensais que c'était juste sa façon de conduire », se rappelle-t-il.

Des passagers se sont rapidement mis à crier, mais en vain.

« Selon moi [le conducteur] n'a jamais essayé d'arrêter. Je sais qu'il y a d'autre monde qui pense autre chose, mais je peux dire que la technologie pour le train, les lumières et les barrières, marchaient très bien cette journée-là », souligne-t-il.

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a d'ailleurs rapidement confirmé que les signaux avaient été activés 47 secondes avant l'impact et que les barrières étaient complètement abaissées 25 secondes avant la collision.

Des arrêts obligatoires

Gregory Mech croit fermement que les autobus municipaux devraient s'arrêter systématiquement avant de traverser les passages à niveau, comme c'est la règle au Québec.

Selon lui, une telle mesure pourrait permettre d'éviter des collisions causées par une erreur humaine.

Si [les conducteurs] s'habituent à toujours s'arrêter, on élimine la possibilité d'avoir un [oubli] mental, même pour une ou deux secondes.

Greg Mech, passager de l'autobus d'OC Transpo qui a percuté un train de Via Rail

M. Mech espère d'ailleurs que le Bureau de la sécurité des transports retiendra cette option dans son rapport qui devrait être déposé d'ici la fin de l'automne. L'organisme fera une mise à jour de son enquête mercredi prochain, le 24 septembre.

Des soins appropriés

Heureusement pour lui, Greg Mech n'a subi aucune blessure. Il est retourné graduellement au travail dans les deux semaines qui ont suivi la tragédie.

Il estime que les services d'urgence et de santé ont fait du bon travail dans les circonstances.

« Ils ont fait des suivis après la collision, comment ça va avec ma santé. J'ai reçu des appels des services publics d'Ottawa. On a eu aussi des services psychologiques de l'Hôpital Royal d'Ottawa pour savoir comment dealer avec ça », précise-t-il.

D'après le reportage de Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Société