•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'impact du congé parental sur la natalité difficile à mesurer

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Une recette de levain maison pour faire son propre pain.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans le cadre de sa réforme des programmes, Québec pourrait revoir le Régime québécois d'assurance parentale. Le premier ministre Philippe Couillard a refusé de se prononcer définitivement, tout en déclarant que le programme est très généreux, mais utile. Mais qu'en est-il vraiment?

Un texte de Denis-Martin ChabotTwitterCourriel

Il est certainement très généreux, mais on sait aussi qu'il est également très utile pour les familles du Québec. C'est tout ça qui est dans la balance.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Vérification faite : le Régime québécois d'assurance parentale a versé en 2013 près de 1,9 milliard de dollars en prestations à 130 000 parents. Des prestations allant en moyenne de 475 $ à 575 $ par semaine pour une période maximale d'un an.

Selon la loi, employés et employeurs québécois doivent y contribuer. À lui seul, le gouvernement du Québec - en tant qu'employeur - verse environ 190 millions de dollars en cotisation annuelle.

Si la durée de la prestation était réduite d'un an à 10 mois, cela représenterait théoriquement pour l'État québécois une économie de près de 32 millions de dollars.

Quant à l'utilité du programme, depuis son entrée en vigueur en 2006, le taux de fécondité est passé de 1,5 à 1,6 naissance par femme.

Or, cette hausse coïncide avec un phénomène générationnel observé ailleurs au Canada et dans les pays industrialisés, où plus de femmes dans la trentaine ont eu des enfants.

Pour voir le graphique sur un appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !