•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abolition d'un programme d'immigration fédéral : la FCFA s'insurge

Le reportage de Rémi Authier

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) compte déposer une plainte auprès du commissaire aux langues officielles à la suite de la décision d'Ottawa d'abolir un programme dont le but est de simplifier le processus d'embauche de travailleurs qualifiés d'expression française.

L'organisme soutient qu'Ottawa a supprimé le programme « Avantage significatif francophone » sans consulter les communautés francophones concernées. L'entrée en vigueur de la décision est prévue pour le 30 septembre.

Le programme a été mis sur pied pour appuyer le développement des communautés francophones en milieu minoritaire. Les employeurs n'ont donc pas à démontrer qu'aucun Canadien ou résident permanent qualifié n'est disponible pour occuper le poste qui serait détenu par le travailleur étranger francophone.

La présidente de la FCFA, Marie-France Kenny, affirme que les communautés se voient retirer le seul outil dont elles disposent pour obtenir des résultats tangibles dans le dossier. Selon elle, la fin de ce programme constitue un recul significatif en matière d'immigration francophone au pays.

Ottawa défend sa décision

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, soutient de son côté que le fédéral s'engage toujours à promouvoir l'immigration francophone par le truchement d'autres programmes visant l'immigration.

Il a expliqué, par voie de communiqué, qu'Ottawa a dû apporter des changements importants au programme des travailleurs étrangers temporaires afin de s'assurer que les Canadiens soient les premiers en lice pour des emplois disponibles.

Le gouvernement a du même coup choisi d'abolir son programme « Avantage significatif francophone » pour mettre fin à toute forme d'abus dans la sélection d'employés au pays, selon le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration.

Toutefois, cette décision a été prise après que le fédéral eut annoncé qu'il désirait mettre davantage de moyens à la disposition des communautés hors Québec pour attirer plus d'immigrants francophones.

Par ailleurs, le gouvernement affirme qu'un nouveau programme, « Entrée Express », entrera en vigueur en janvier 2015.

Le ministre Chris Alexander prévoit consulter les communautés francophones et acadiennes au pays au cours des prochaines semaines dans le but de développer de nouveaux outils de promotion de l'immigration francophone.

Un impact sur le terrain

Un consultant en immigration de Regina qui s'est servi du programme pour recruter des travailleurs qualifiés francophones à l'étranger se dit déçu par la nouvelle.

Selon Majid Benjelloun, l'abolition de ce programme met un frein à la capacité de la province d'attirer de nouveaux travailleurs francophones.

Au Manitoba, la responsable du programme d'immigration du World Trade Center bilingue de Winnipeg dit être « bouchée bée » de la décision du fédéral.

Brigitte Léger se désole de la perte d'un programme,qui permettait de faire rentrer rapidement, dans les régions minoritaires, des travailleurs francophones qualifiés.

Écoutez l'entrevue avec Brigitte Léger, coordonnatrice au programme d'immigration du World Trade Centre de Winnipeg :

Ontario

Nouveaux arrivants