•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forages à Cacouna : une rencontre d'urgence aura lieu à Ottawa

Barge de TransCanada près du quai de Cacouna
Barge de TransCanada près du quai de Cacouna Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Alors qu'une barge est déjà au large de Cacouna en vue des forages exploratoires de la compagnie albertaine TransCanada, le Nouveau Parti démocratique (NPD) confirme que le comité de Pêches et Océans se réunira, mardi matin à Ottawa, à la demande de l’opposition officielle.

Le NPD avait annoncé, jeudi, qu’il allait utiliser une procédure parlementaire extraordinaire pour forcer la tenue d’une telle rencontre.

La rencontre vise à faire témoigner des spécialistes qui ont donné le feu vert pour les forages qui doivent permettre à TransCanada de déterminer l’emplacement du possible port pétrolier dans le cadre du projet d’oléoduc Énergie Est.

« Nous avions formulé cette demande la semaine dernière, mais le président du comité l’a rejetée, jugeant qu’il n’y avait pas d’urgence. Avec cette procédure, on lui force la main. Il doit donc absolument convoquer une réunion au plus tard la semaine prochaine », a indiqué, dans un communiqué, le député de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, François Lapointe.

Pour sa part, le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, souhaite que les projecteurs soient placés sur les avis scientifiques.

À la fin août, le NPD a demandé un moratoire sur ces forages géotechniques tant que le gouvernement conservateur n’aura pas rendu publics les avis scientifiques sur lesquels il s’est basé pour autoriser les travaux.

Le tracé prévu du pipeline de TransCanadaLe tracé prévu du pipeline de TransCanada Photo : TransCanada

Projet d'oléoduc Énergie Est

TransCanada prévoit construire un port pétrolier à Cacouna. Un tronçon d'oléoduc doit traverser le Kamouraska et le Témiscouata.

L'oléoduc de 4600 km transporterait quotidiennement plus d'un million de barils de pétrole brut de l'Ouest canadien jusqu'à des raffineries et des terminaux au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Le projet prévoit la conversion d'un gazoduc existant de TransCanada, puis la construction d'un oléoduc sur le reste du parcours en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Des scientifiques, des environnementalistes et des citoyens sont opposés à l'installation de l'oléoduc. Certains ont marché 700 km, à travers le Québec, pour contrer le projet.

Au final, l'Office national de l'énergie recommandera au gouvernement fédéral de réaliser le projet ou de le rejeter.

Est du Québec

Politique