•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Duchesneau dément, affidavit à l'appui, les allégations d'Accurso

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'ancien candidat à la mairie de Montréal, Jacques Duchesneau

L'ancien candidat à la mairie de Montréal, Jacques Duchesneau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Éclaboussé par une déclaration de l'entrepreneur Tony Accurso à la commission Charbonneau la semaine dernière, Jacques Duchesneau s'était empressé de démentir les allégations du témoin. Il avance aujourd'hui qu'il détient un document appuyant sa version des faits.

Son ancien directeur de campagne, Richard Le Lay, a signé un affidavit - contre-signé par un avocat et un commissaire à l'assermentation – dans lequel il réfute également les allégations de M. Accurso. M. Le Lay est prêt à divulguer toutes les informations financières concernant le parti dont il a été président. « Il ouvre ses livres pour dissiper tout doute que pourraient avoir les gens », ajoute M. Duchesneau

Tony Accurso a affirmé à la commission Charbonneau avoir versé 250 000 $ au parti Nouveau Montréal dirigé par Jacques Duchesneau pour éponger sa dette à la suite de sa défaite aux élections municipales montréalaises de 1998. M. Duchesneau s'était empressé de nier les allégations en entrevue à Radio-Canada.

Dans le dossier du financement du parti Nouveau Montréal, M. Duchesneau souligne que M. Accurso parle de 1999 alors que la dette du parti a été payée en 2001. « Cette partie-là a été enquêtée par le Directeur général des élections, poursuit-il, qui, le 18 février 2011, après qu'il y ait le même type d'allégations – c'est toujours la même histoire qu'on répète tout le temps – n'a trouvé aucune anomalie. »

La piste de l'hypothèque

M. Accurso avait indiqué à la commission qu'il fallait regarder du côté de l'hypothèque de M. Duchesneau pour trouver des traces de la somme. M. Duchesneau a fait sortir l'historique de ses paiements d'hypothèque afin de démontrer que ses paiements ont été effectués de façon régulière. « Mes paiements d'hypothèque se sont faits, comme vous et moi, tous les mois, explique-t-il. Il n'y a jamais eu de majoration »,

L'ancien chef de la police de Montréal précise qu'il n'avait qu'un seul compte bancaire à la Caisse d'économie où il est membre depuis 46 ans. Il ajoute qu'il n'a jamais réhypothéqué sa maison. Il a possédé une maison à Montréal de 1996 à 2002, avant de la vendre pour déménager à Ottawa.

Bien que conscient que le témoin Accurso bénéficiait d'une protection en témoignant devant la commission Charbonneau, M. Duchesneau évalue quand même  la possibilité d'intenter des poursuites contre lui.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.