•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rob Ford à l'hôpital pour une tumeur

Rob Ford

Rob Ford (archives)

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Toronto, Rob Ford, a été admis à l'Hôpital Humber River en raison de douleurs à l'estomac. Selon un diagnostic préliminaire, il a une tumeur.

Lors d'un point de presse mercredi, le Dr Rueben Devlin, chef de la direction de l'Hôpital, a confirmé que les médecins avaient trouvé une tumeur abdominale. Il reste à déterminer si elle est cancéreuse ou non. Le maire ressentait des douleurs au ventre depuis trois mois, mais c'est seulement aujourd'hui qu'elles se sont aggravées.

« Ce n'était pas une petite tumeur », a-t-il précisé aux journalistes, ajoutant qu'elle se trouvait dans le quart inférieur gauche de l'abdomen. « Mais nous devons faire une biopsie, pour voir de quoi il s'agit, et voir s'il n'y a pas d'autres tumeurs ailleurs ». Les résultats devraient être connus d'ici une semaine, précise-t-il, ce qui permettra de décider du traitement à administrer. 

Le frère du maire, Doug Ford, a dit lors du point de presse qu'il avait pris le petit déjeuner avec lui, et que c'est à ce moment que Rob Ford s'est plaint de fortes douleurs. Après avoir consulté un médecin, ils se sont rendus à l'hôpital, où il a été pris en charge. Rob Ford se trouve toujours à l'hôpital à l'heure actuelle et il y restera quelques jours pour subir des examens.

Le Dr Rueben Devlin, à gauche, et Doug FordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Rueben Devlin, à gauche, et Doug Ford

Doug Ford, qui était visiblement attristé, a quand même précisé que son frère était de « bonne humeur » et qu'il tenait à remercier tous ceux qui lui ont souhaité un prompt rétablissement.

Il a demandé aux médias de respecter la vie privée du maire et de sa famille, compte tenu de la situation.

Doug Ford a refusé de dire s'il envisagerait de poser sa candidature à la mairie à la place de son frère si celui-ci devait se retirer. Il a promis de s'adresser aux médias prochainement pour donner plus de détails sur l'état de santé de Rob Ford ainsi que sur la campagne électorale. 

Les deux principaux adversaires de Rob Ford à la mairie, Olivia Chow et John Tory, ont tous deux exprimé leur soutien envers le maire et sa famille. 

Mme Chow a conseillé au maire de se concentrer d'abord sur son état de santé « Soyez fort. Vous savez comme vous êtes fort. Ne vous concentrez sur rien d'autres que votre guérison », a-t-elle dit par voie de communiqué.

John Tory a rappelé qu'au-delà des débats et des opinions divergentes, Rob Ford était avant tout un père, un mari, un fils et un frère.

« Je veux le voir en bonne santé aussitôt que possible et de retour là où il devrait être; auprès de nous, en train de débattre sur la ville que nous aimons tous. »

Problèmes de santé

Rob Ford a eu d'autres problèmes de santé ces dernières années. En juillet, il est allé à l'hôpital pour une blessure à un orteil. Il devait d'ailleurs subir une chirurgie prochainement.

En 2012, il a été traité pour un problème à la gorge qui a aggravé son asthme. L'année précédente, il avait été traité pour des calculs rénaux.

Rob Ford aurait aussi été hospitalisé en 2009 pour une autre tumeur, qu'il avait fallu retirer avec une partie du côlon.

Le maire avait entrepris récemment une cure de désintoxication (Nouvelle fenêtre), après avoir admis qu'il souffrait de dépendance à l'alcool et aux drogues.

Un ancien conseiller parle

Par ailleurs, un livre signé par un haut conseiller de Rob Ford congédié en plein scandale sur ses problèmes de consommation sera publié le 21 octobre prochain, soit quelques jours avant l'élection, prévue le 27 octobre. Mark Towhey était demeuré plutôt discret sur son passage à titre de directeur du cabinet du maire de Toronto, mais il promet maintenant un récit « vu de l'intérieur » sur son administration. Son éditeur promet qu'il ne s'agit pas d'un ouvrage visant à se venger.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario