•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa veut plus d'immigrants francophones

 Un agent de la GRC et des nouveaux Canadiens lors d'une cérémonie à Vancouver

Un agent de la GRC et des nouveaux Canadiens lors d'une cérémonie à Vancouver

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ottawa compte mettre en place des moyens d'attirer davantage d'immigrants francophones ailleurs qu'au Québec.

Le ministre de l'Immigration, Chris Alexander, a annoncé mardi que des consultations se tiendraient au cours des prochains mois afin de stimuler l'immigration francophone au pays.

En 2012, les communautés francophones du Canada anglais ont accueilli 3685 immigrants s'exprimant dans la langue de Molière, ce qui représente une augmentation de 4 % par rapport à 2011, selon les données du ministère.

L'arrivée d'immigrants francophones dans les provinces où la langue est en situation minoritaire permet d'endiguer le phénomène d'assimilation linguistique, a fait valoir Louis Alain, directeur général du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM).

Les nouveaux arrivants permettent aussi aux francophones de maintenir un certain poids démographique au sein de leur communauté, a ajouté M. Alain.

Il voit ainsi d'un bon oeil l'annonce du ministre Alexander, qui s'est engagé à travailler de concert avec les organismes et les employeurs des communautés francophones du Canada pour attirer davantage de nouveaux venus francophones.

Citoyenneté et Immigration Canada compte investir 29,4 millions de dollars d'ici 2018 pour favoriser l'immigration vers les communautés de langue officielle en situation minoritaire dans le cadre d'un programme interministériel intitulé Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !