•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lev Tahor : les services sociaux ontariens demandent des changements

Alex Boissonneault s'est rendu à Chatham
Radio-Canada

La Société d'aide à l'enfance de Chatham-Kent ferme actuellement ses dossiers sur la secte juive ultra-orthodoxe Lev Tahor. Les dernières familles du groupe religieux ont quitté leur demeure de Chatham à la fin du mois d'août.

Les services sociaux ontariens disent avoir tiré plusieurs leçons de cette saga judiciaire. Ils demandent maintenant des changements à la loi entourant l'aide à l'enfance.

Pour le directeur de la Société d'aide à l'enfance de Chatham-Kent, Stephen Doig, le dossier des Lev Tahor aura été une expérience révélatrice.

Son département a été incapable de faire reconnaître une ordonnance émise par un tribunal du Québec, qui exigeait le renvoi dans cette province de 14 enfants de la secte soupçonnés d'être maltraités.

Le groupe religieux avait fui Sainte-Agathe-des-Monts en novembre pour s'établir dans le Sud-Ouest ontarien.

Nous faisons pression sur le Ministère des services à l'enfance pour combler le vide juridique entourant les lois sur la protection des enfants : si une ordonnance est émise dans une province, elle devrait être reconnue ailleurs au Canada.

Stephen Doig, directeur de la Société d'aide à l'enfance de Chatham-Kent

Le Centre Jeunesse des Laurentides appuie cette démarche.

Évidemment, s'il y avait quelque chose qui permettait d'harmoniser les différents services d'aide à l'enfance, on ne peut être qu'en accord avec ça.

Mario Cianci, Centre Jeunesse des Laurentides

Mario Cianci ajoute que leurs dossiers sur les familles de la secte demeurent ouverts, même si la communauté habite maintenant au Guatemala.

Les cinq dernières familles de la secte, qui habitaient toujours Chatham, ont soudainement quitté la communauté il y a deux semaines, laissant derrière eux des meubles et des articles personnels.

Stephen Doig, surpris de ce départ, croit qu'ils sont allés rejoindre le reste de la secte au Guatemala.

Selon l'avocat du groupe, Guidy Mamann, deux enfants de la secte sont toujours en foyer d'accueil à Toronto. Ce cas constitue le dernier dossier d'aide à l'enfance lié aux Lev Tahor en Ontario.

D'après un reportage d'Andréanne Baribeau

Ontario

Enfance