•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Montréalais sur dix consacre plus de 80 % de son revenu à son loyer

Appartement de Montreal

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La part du revenu consacré à payer son loyer augmente dans le Grand Montréal, selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), qui va dévoiler de nouvelles statistiques aujourd'hui.

Un texte de Marie-Ève MaheuTwitterCourriel

Un ménage-locataire sur dix consacre maintenant plus de 80 % pour se loger. Un chiffre record, selon le coordonnateur François Saillant. « Il y a vraiment une détérioration accélérée quand on dit que dans la région métropolitaine de Montréal le nombre de ménages qui paient plus de 80 % a augmenté de 26 % (de 2006 à 2011), ce n'est pas rien! »

Les locataires dans cette situation représentent environ 8% des ménages locataires de la province, souligne le FRAPRU.

Dans un rapport baptisé « Dossier noir sur le logement et la pauvreté », élaboré à partir des données recueillies lors du recensement de 2011, le FRAPRU révèle que 479 750 ménages de la province doivent consacrer plus de 30 % de leur revenu au logement, ce qui est considéré comme le seuil jugé acceptable par le FRAPRU.

De ce nombre, 227 835 ménages doivent consacrer plus de 50 % de leur revenu pour se loger.

Parmi ceux qui utilisent presque l'entièreté de leurs revenus pour se loger, on compte bien sûr beaucoup de gens qui vivent de l'aide sociale, dit M. Saillant. Mais il n'y a pas qu'eux qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Aujourd'hui, 40 % des ménages qui vivent en appartement consacrent plus du tiers de leur salaire à leur loyer, dépassant ainsi ce qu'on considère comme le seuil d'abordabilité. Au-delà de ce seuil, on estime que les gens devront couper dans d'autres besoins pour arriver à payer leur loyer.

Mais qui sont ces ménages? « Pour une bonne partie, un peu moins à Montréal qu'à l'échelle du Québec, il s'agit de personnes seules, des femmes en grande majorité, des gens qui souvent sont soit très jeunes, soit très âgés, et des nouveaux arrivants, au Québec depuis moins de cinq ans. »

Le loyer médian était de 231 $ il y a 30 ans dans le Grand Montréal. Il est maintenant de 694 $. Le problème, soulève le FRAPRU, est que le revenu médian, de son côté, a augmenté beaucoup moins vite.

Malgré tout, Montréal demeure une des grandes villes au pays où le coût du logement est le moins élevé.

Ces statistiques sont tirées de l'Enquête nationale sur les ménages de 2011.

Pour consulter le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !