•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 ans sans eau potable pour 10 Premières Nations en Ontario

De toutes les provinces canadiennes, c’est l’Ontario qui compte le plus d’avis d’ébullition de l’eau. Selon Santé Canada, 10 Premières Nations du Nord vivent sans eau potable depuis plus d’une décennie.

De toutes les provinces canadiennes, c’est l’Ontario qui compte le plus d’avis d’ébullition de l’eau. Selon Santé Canada, 10 Premières Nations du Nord vivent sans eau potable depuis plus d’une décennie.

Photo : Google Maps

Radio-Canada

Des avis d'ébullition de l'eau sont couramment en vigueur dans près de la moitié des 133 Premières Nations ontariennes, dont 10 communautés du Nord-Ouest, qui sont sans eau potable depuis plus de 10 ans.

La Première Nation de Neskantaga, dans les basses terres de la Baie-James, est à la tête de ce triste palmarès. La communauté de 300 âmes vit sans eau potable depuis 1995.

20 ans d'avis d'ébullition de l'eau... Je suis choqué pour ma communauté. Les résidents de Neskantaga n'ont pas à vivre dans ces conditions, alors qu'il existe des lois sur les droits de la personne au Canada. Nous sommes humains, nous aussi.

Peter Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga

Liste des 10 Premières Nations où un avis d'ébullition est en vigueur depuis plus de 10 ans :

  • 1995 : Première Nation de Neskantaga
  • 2000 : Première Nation de Shoal Lake no. 40
  • 2001 : Première Nation d'Eabamatoong
  • 2001 : Première Nation de North Spirit Lake
  • 2002 : Première Nation de North Angle no. 37
  • 2002 : Première Nation de Lac Seul (Whitefish Bay)
  • 2003 : Première Nation de Lac Seul (Kejick Bay)
  • 2003 : Première Nation de Muskrat Dam
  • 2004 : Première Nation de Wawakapewin
  • 2004 : Première Nation de Slate Falls

* Source : Santé Canada

Seule une autre province canadienne, le Québec, présente un avis d'ébullition depuis plus de 10 ans dans une communauté autochtone, Kitigan Zibi. 

Santé Canada, responsable de la santé publique dans les Premières Nations, indique que la principale cause de ces longs avis en Ontario est la « désinfection inadéquate de l'eau potable ».

Le chef de la Première Nation de Neskantaga, Peter Moonias, se désole de voir sa communauté vivre sans eau potable depuis près de 20 ans.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de la Première Nation de Neskantaga, Peter Moonias, se désole de voir sa communauté vivre sans eau potable depuis près de 20 ans.

Photo : Jody Porter

L'organisation gouvernementale s'est défendue dans un courriel en disant : « En plus des programmes d'échantillonnage et de surveillance de la qualité de l'eau, les agents d'hygiène de l'environnement de Santé Canada visitent régulièrement les communautés des Premières Nations pour mettre en place des programmes de santé publique et donner de la formation si nécessaire. »

Le chef de Neskantaga, Peter Moonias, dit s'être fait offrir de l'aide par des compagnies privées et des organisations caritatives. C'est une option qu'il étudie, mais le chef considère que c'est au gouvernement de prendre ses responsabilités et de fournir l'eau potable à sa communauté. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Autochtones