•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les squatters de Rouyn-Sud et les débits d'alcool du crique Duprat

Henri Robert sur sa bicyclette lors du déménagement des maisons de Rouyn-Sud en 1938.

Henri Robert sur sa bicyclette lors du déménagement des maisons de Rouyn-Sud en 1938.

Photo : BAnQ Rouyn-Noranda, Fonds Donat Martineau, 1938

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lors du développement de Rouyn, un phénomène de squattérisation se met en place. Ce sera le cas, de ce qu'on appelle à l'époque Rouyn-Sud, mais aussi plus au nord, du camp de squatters du crique Duprat. Alors que ce sont des familles qui vivent à Rouyn-Sud, ce sont plutôt des vendeurs d'alcool illégal et des maisons de jeux qui s'installent autour de la Rivière Duprat.

Reportage de Karine Mateu

Qu'est-ce qu'un squatteur? C'est quelqu'un qui s'installe sur des terres publiques ou des terres appartenant à une compagnie minière ou autre, sans permission.

Une citation de :L'historien Benoît-Beaudry Gourd

Il y a un phénomène de squattérisation dans les débuts de Rouyn. Entre autres, ce qu'on appelait Rouyn-Sud à l'époque est un village de squatters, car les limites de Rouyn se situent au lac Édouard, explique Benoît-Beaudry Gourd.

Le village de Rouyn-Sud est composé de familles. L'agriculteur devenu mineur, Rémi Jodouin, dans son livre intitulé En-D'ssour fait mention de Rouyn-Sud. Il en parle en ces mots :

« Autour de moi, les canadiens-français qui avaient trouvé un emploi permanent à la mine se donnaient à la construction d'une résidence pour leur famille déjà commencée pour un grand nombre. Ceci apporta l'expansion de la cité de Rouyn à une allure dépassant les prévisions et occasionnant les ''squatters'' dans la partie sud de Rouyn. Ces ''squatters'' prenaient possession d'un terrain en reconstruisant une maison, quitte à déménager plus tard lorsque les travaux d'arpentage désigneraient l'endroit des rues et la limite des lots. »

Le crique Duprat ou la Rivière Duprat

Le camp de squatters qui s'installe au crique Duprat ou à la Rivière Duprat n'est pas comme celui de Rouyn-Sud.  Il ne s'agit pas de famille, mais, au contraire, de vendeurs d'alcool illégal, de maisons de jeux et de maisons de prostitution.  

Les travailleurs qui reviennent de la mine Waite-Amulet qui est à sept ou huit kilomètres de Rouyn y font un stop en rentrant en ville. 

Une citation de : L'historien Benoît-Beaudry Gourd
Carte de la Ville de Rouyn-Noranda où l'on peut y voir la Rivière Duprat.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte de la Ville de Rouyn-Noranda où l'on peut y voir la Rivière Duprat.

Photo : Ville de Rouyn-Noranda

Le déménagement de Rouyn-Sud et le démantèlement du crique Duprat

Fin des années 30 et début 40, le gouvernement décide de mettre de l'ordre dans les villes et villages.  Ce sera la fin des villages de squatters. Rouyn-Sud sera incorporée à la ville de Rouyn et le crique Duprat sera démantelé. 

Voici ce que l'on dit du déménagement du Rouyn-Sud, en lien avec la photographie principale de l'article où y voit Henri Robert sur sa bicyclette. Il s'agit du déménagement des maisons sur une partie de la rue Larivière et à l'arrière-plan, il y a l'église St-Michel et l'église Immaculée-Conception était en construction...

À l'automne 1938, le gouvernement a cadastré le secteur dit de "Rouyn-Sud" (squatters).  Les résidents propriétaires de maisons durent la plupart se relocaliser sur des lots concédés par le gouvernement. Ces lots étaient gratuits ou peu chers. Les maisons ont été déménagées rapidement, en une journée à peu près. Les enfants revenant de l'école l'après-midi ne retrouvait plus leurs maisons.

Une citation de :Note explicative qui accompagne la photo de Henri Robert, Fonds Donat Martineau, BAnQ Rouyn-Noranda 

Écoutez la capsule historique réalisée par la journaliste Karine Mateu et découvrez aussi les clubs qui étaient situés à l'extrémité de la ville et qui étaient très fréquentés.

Sources

Entrevue avec l'historien Benoît-Beaudry Gourd.

Jodouin, Rémi, En-D'ssour, Éditions québécoises, 1973, 217 pages.

Musique: Bessie Smith, Lost your head blues, 1926.

Faire d'autres découvertes liées au sujet.....

Découvrir le village de squatters de Roc-d'Or: Faucher, Alexandre, De l'or... et des putes?, Éditions du Quartz, Collection Mémoire vive, 2014, 115 pages.

Vincent, Odette, dir. Histoire de l'Abitibi-Témiscamingue, Québec, Institut québécois de la recherche sur la culture (IQRC), Collection Les régions du Québec, no.7, 1995, 763 pages.

L'indice du bonheur, audio-circuit, Rouyn-Noranda, réalisé par la Société d'histoire de Rouyn-Noranda (Nombreuses capsules historiques sur les débuts de Rouyn, de Noranda et des villes avoisinantes).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !