•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des musulmans de la Saskatchewan rejettent l'extrémisme de l'État islamique

Des combattants de l'État islamique défilent dans les rues sur un lance-missile dans la province syrienne de Raqqa.

Des combattants de l'État islamique défilent dans les rues sur un lance-missile dans la province syrienne de Raqqa.

Photo : Stringer . / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les massacres de l'État islamique (EI) préoccupent fortement des musulmans de la Saskatchewan qui dénoncent cette violence sans fin et voudraient que l'Islam modéré soit mieux connu dans la province.

Certains essayent de trouver des solutions à cet extrémisme religieux qui applique une version sévère de la loi islamique, dont le recours à la torture, les enlèvements et les décapitations.

« Ces gens n'ont pas reçu une éducation appropriée, ils sont généralement autodidactes », affirme Amir Aboguddah, le président de l'Association des étudiants musulmans à l'Université de Regina.

L'organisme lance chaque année une semaine de sensibilisation à l'Islam pour faire comprendre aux gens qu'il ne faut pas automatiquement associer les musulmans aux djihadistes violents.

Un professeur musulman de la faculté de génie à l'Université de Regina, Amr Henni, estime qu'il faudrait davantage de ressources pour enseigner l'Islam aux jeunes musulmans canadiens.

Le professeur Amr Henni de l'Université de ReginaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le professeur Amr Henni de l'Université de Regina

Photo : Andrée-Anne Côté-St-Laurent

Il souhaiterait que des imams soient formés au Canada et qu'ils prêchent « un islam modéré ». Cependant, dit-il, « ça prendra une trentaine d'années avant que ça se réalise ».

M. Henni et M. Aboguddah ne pensent pas que les jeunes musulmans de Regina puissent rejoindre les rangs des djihadistes comme ce fut le cas récemment des frères Gregory et Collin Gordon de Calgary.

Amir Aboguddah précise que la communauté musulmane en Saskatchewan n'hésiterait pas à dénoncer à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) toute personne souhaitant rejoindre les combattants de l'État islamique.

Notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !