•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accurso affirme avoir payé le séjour du maire de Terrebonne sur le Touch

Le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille

Le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille

Photo : Francis Labbé

Radio-Canada

Tony Accurso soutient que son ami et associé Normand Trudel a invité le maire de Terrebonne Jean-Marc Robitaille à venir faire un séjour d'une semaine sur le Touch en mars 2008, et qu'il a lui-même payé tous les frais de ce séjour. Cette version contredit grandement celle livrée par le maire Robitaille à ce sujet.

Un texte de François MessierTwitterCourriel

Dans un communiqué publié le 7 novembre 2013, le maire Robitaille avait confirmé qu'il avait déjà été sur le Touch, mais pas « dans le cadre de vacances planifiées et payées par Tony Accurso. »

« Lors de vacances personnelles planifiées et amorcées avec ma conjointe à St. Thomas il y a de cela plusieurs années, nous y avons rencontré dans un lieu public Normand Trudel et Tony Accurso, accompagnés de leurs conjointes, qui nous ont alors invités à passer un moment avec eux sur le bateau de ce dernier. », avait-il expliqué.

Soulignant que M. Accurso jouissait alors d'une bonne réputation, il ajoutait n'avoir « jamais renié [ses] liens d'amitié avec Normand Trudel, un ami d'enfance », et que cela expliquait pourquoi sa femme et lui avaient « spontanément accepté l'invitation ».

Il assurait en outre que « jamais » MM. Accurso et Trudel n'avaient reçu « un quelconque avantage à la suite de cette rencontre ».

Le maire de Terrebonne n'a jamais précisé la date de ce séjour.

Selon un tableau des voyages de Tony Accurso déposé en preuve à la commission Charbonneau il y a plusieurs mois, il aurait eu lieu en février 2006, en présence d'un dénommé Aurèle Théberge. Jeudi, la procureure en chef Sonia LeBel l'a cependant situé en mars 2008, ce qu'a cautionné Tony Accurso.

« C'est Normand Trudel qui a invité Jean-Marc Robitaille, et Jean-Marc Robitaille a invité Théberge », a expliqué Tony Accurso, lorsque Me LeBel lui a demandé des détails de son voyage avec le maire de Terrebonne. « Moi j'ai dit : "regarde, il y a deux chambres libres, offre-les à qui tu veux Normand". Normand a invité son ami, M. Robitaille. ».

M. Robitaille a jamais été un ami. C'est un contact. C'était pas un ami avant le voyage, et c'est pas devenu un ami après le voyage non plus.

Tony Accurso

Cette déclaration a été suivie d'un court échange entre la procureure LeBel et M. Accurso:

  • Q. Comment vous avez fait pour situer le voyage en mars 2008? C'est parce que vous avez organisé le voyage avec votre agence de voyages, c'est exact?
  • R. Ça doit.
  • Q. Et vous avez donc réservé les billets pour M. Robitaille, M. Théberge, M. Trudel suite à l'organisation du groupe?
  • R. Oui.
  • Et M. Trudel, M. Théberge et M. Robitaille ont passé comme tout le monde la semaine sur votre bateau?
  • R. Exact.
  • Q. Ils ont profité naturellement du Touch, des voyages, de tout ce qu'on peut faire en une semaine sur le bateau, c'est exact?
  • R. C'est exact.
  • Q. Vous avez payé pour les frais de tout le monde?
  • R. C'est exact.
  • Q. Alors quand M. Robitaille déclare sur le site Internet de la Ville de Terrebonne qu'il vous a rencontré par hasard et qu'il n'a fait que passer la journée avec vous, c'est faux?
  • R. Je ne sais pas. Je n'ai pas vu ce site-là madame. [...] Moi je vous dis la vérité.
  • Q. Il est exact qu'il est là à votre invitation?
  • R. Non. À l'invitation de Normand Trudel...
  • Q ...qui part de vous parce que vous dites à M. Trudel : "invitez qui vous voulez", on s'entend?
  • R. Exact.
  • Q. Et que, comme pour tous les autres, vous avez payé ses frais pour la semaine?
  • R. Oui.

Interrogé sur Aurèle Théberge, Tony Accurso a déclaré croire qu'il était un « ingénieur en mécanique électrique [...] un ami de Jean-Marc » Robitaille oeuvrant das le secteur privé.

La procureure LeBel a avancé que M. Théberge a fait partie de comités qui ont discuté « de développement urbain, de dézonage » à la Ville de Terrebonne, mais M. Accurso a dit ne pas le savoir. « Moi j'ai jamais entendu parler qu'il travaillait pour la Ville de Terrebonne », a-t-il dit.

Le maire de Terrebonne a longtemps refusé de commenter les informations quant à son séjour sur le Touch. Il a finalement publié son communiqué il y a 10 mois après que la commission eut présenté une écoute électronique dans laquelle l'entrepreneur Joe Borsellino de Garnier Construction parlait avec l'ex-directeur général de la FTQ-Construction.

« J'ai su qu'il était sur le bateau [Trudel]. Ça, je le sais, il me l'a dit qu'il y était allé », racontait Joe Borsellino. « Mais ce que je ne savais pas, c'est qu'il en avait amené deux autres avec lui. [...] Les deux maires. [...] Terrebonne pis Mascouche », disait M. Borsellino.

Normand Trudel est un de deux associés de Tony Accurso dans Ecolosol. Tous deux ont été accusés au terme de l'opération Gravier, à l'instar de l'ex-maire de Mascouche, Richard Marcotte. Les trois hommes sont accusés de fraude, de complot, d'avoir influencé un fonctionnaire municipal, d'abus de confiance et de fraude envers le gouvernement.

Société