•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cégep de Saint-Félicien : aucune inscription en technologie de la transformation des produits forestiers

Le reportage de Jessica Blackburn
Radio-Canada

L'industrie de la transformation des produits forestiers ne semble pas intéresser les jeunes.

Depuis quatre ans, le programme offert au Cégep de Saint-Félicien ne compte aucun étudiant malgré un taux de placement de 100 % dans ce domaine. La direction du cégep croit que son programme est désuet.

« Le programme, depuis une bonne dizaine d'années, ne répond plus aux besoins et à la réalité technologique des lignes de production dans les entreprises », admet le directeur des études, Gilles Lapointe.

Les entreprises ont de la difficulté à dénicher des employés qui répondent aux exigences du marché. Produits forestiers Résolu (PFR) doit même former son propre personnel. C'est en partie pour cette raison que le Cégep de Saint-Félicien veut revoir son programme.

Gilles Lapointe indique que le cégep veut créer une nouvelle attestation d'études collégiales (AEC) en collaboration avec PFR pour former de nouveaux techniciens.

« Pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, c'est plus de 1200 emplois que nous devrons renouveler dans l'ensemble de nos installations simplement pour remplacer les travailleurs qui décideront de prendre leur retraite d'ici les quatre prochaines années », soutient le porte-parole de PFR, Karl Blackburn.

Le Cégep de Saint-Félicien espère que le gouvernement lui donnera le feu vert pour adapter rapidement son programme aux besoins de l'industrie.

Cégep de Chicoutimi

Le Cégep de Chicoutimi a pris les devants et a repensé son programme en technologie forestière au cours des dernières années.

Grâce aux changements apportés, la formation technique compte une quinzaine de nouveaux étudiants annuellement et attire maintenant davantage d'élèves en provenance du secondaire.

« Je crois qu'il fallait l'adapter et mettre de l'avant tout ce qui se fait en foresterie au niveau de l'environnement, du développement durable », mentionne l'enseignante Valérie Laberge.

Selon elle, la révision du programme a permis de changer la perception des gens et de montrer une image plus positive du milieu des technologies forestières.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société