•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vidéo de Hesjedal tournée en dérision

Ryder Hesjedal

Ryder Hesjedal

Photo : JEFF PACHOUD / AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur sportif de l'équipe Garmin-Sharp a beaucoup ri de la controverse entourant la vidéo de la chute de Ryder Hesjedal, vendredi dernier. L'ambiance était à la dérision, jeudi.

Le cycliste canadien a chuté dans un virage et le vélo a tourné sur lui-même tout seul. La presse spécialisée s'est demandée si le Canadien n'utilisait pas un petit moteur d'appoint. Et les réseaux sociaux en ont fait leurs choux gras...

« Un moteur dans le vélo d'Hesjedal? », s'est demandé le quotidien L'Équipe, mardi.

« Je dois avouer que quand j'ai vu la vidéo, j'ai trouvé que quelque chose ne tournait pas rond, a dit Bingen Fernandez au Cycling Weekly. J'ai ensuite beaucoup ri. Beaucoup de journalistes sont venus me voir aujourd'hui, après que cette histoire eut fait les manchettes dans L'Équipe et Marca », a-t-il expliqué.

Le cycliste australien Nathan Haas s'est mêlé à la conversation.

« Les médias. Vous êtes tous pareils, a lancé l'Australien. Vous inventez des histoires. Et vous pouvez me citer! »

Le cycliste Dan Martin a alors crié à son mécano: « Hé! Tu n'aurais pas la clé de mon vélo que je démarre? ».

Un cycliste de l'équipe Giant-Shimano, Warren Barguil, a imité les gestes d'un motard donnant un « coup de gaz » du guidon, en rigolant, pour faire tourner ses roues.

Par acquit de conscience, l'Union cycliste internationale (UCI) a envoyé jeudi des inspecteurs vérifier le vélo en question.

« Ils ont eu beaucoup de réactions du public et sont venus nous voir ce matin, a dit M. Fernandez. Ils étaient gênés, et nous ont dit qu'ils devaient vérifier le vélo. » Ils n'ont rien trouvé.

« En fait, le bitume était très glissant ce jour-là, a conclu le directeur sportif plus sérieusement. Tellement que dans les virages, notre voiture glissait des quatre roues. »

Déjà en 2010, la controverse de la pile

Le journal français a rappelé la polémique de 2010 sur le vélo de Fabian Cancellara, avec lequel il avait réalisé son retentissant doublé Tour des Flandres - Paris-Roubaix.

Ayant un doute sur les formidables accélérations de Cancellara, un ancien cycliste, Davide Cassini, devenu analyste à la RAI (télévision publique italienne), avait alors rappelé l'invention d'un Hongrois qui avait doté son vélo d'une pile cachée, au bruit très réduit.

Cet analyste italien en avait expliqué le fonctionnement et avait même lancé que cette pile avait déjà fait le bonheur de plusieurs coureurs du peloton international.

L'UCI avait décidé de ne pas faire enquête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !