•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un éclairage sur les effets des commotions cérébrales

cerveau-scan-commotion

cerveau-scan-commotion

Photo : iStock Photo

Radio-Canada

Des chercheurs montréalais ont établi le lien entre le dommage au cerveau et le déclin de certaines fonctions cognitives et motrices chez d'anciens athlètes qui ont subi une commotion cérébrale, ouvrant ainsi la voie à un éventuel traitement.

Un texte d'Alain LabelleCourriel

Chaque année, de nombreux sportifs, jeunes et moins jeunes, sont victimes d'une commotion cérébrale dont ils subiront les contrecoups des années plus tard. Les résultats de certaines études réalisées auprès d'anciens athlètes maintenant sexagénaires laissaient à penser que les commotions cérébrales qu'ils avaient subies durant leur vingtaine avaient occasionné un déclin prématuré du fonctionnement du cerveau.

Or, le neuropsychologue Louis de Beaumont et ses collègues du Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal sont parvenus à établir clairement l'association entre le dommage à la matière blanche et le déclin de certaines fonctions cognitives et motrices chez d'anciens athlètes ayant subi une commotion cérébrale.

Ces fonctions incluent :

  • la mémoire;
  • l'apprentissage;
  • l'attention;
  • la vitesse d'exécution.

Ultimement, cette découverte d'un important maillon manquant de la pathologie de la commotion cérébrale identifie une cible thérapeutique pour les athlètes commotionnés visant à freiner, voire même renverser le processus de dégénérescence de la matière blanche du cerveau à la suite d'une commotion cérébrale, lequel est au moins en partie responsable du déclin prématuré aux plans cognitif et moteur.

Le neuropsychologue Louis de Beaumont

C'est l'arrivée de nouveaux outils plus puissants en neuro-imagerie qui a permis d'investiguer l'intégral du cerveau humain, et ainsi de détecter les anomalies de la matière blanche résultant d'une commotion cérébrale.

Le saviez-vous?

La matière blanche est composée de structures qui permettent la propagation des influx nerveux. Cette découverte pourrait orienter les futures recherches pour freiner, voire même renverser, le vieillissement prématuré du cerveau.

En 2009, cette même équipe avait démontré pour la toute première fois que les athlètes ayant subi une ou des commotions cérébrales durant leur carrière présentaient, en vieillissant, un risque de voir leurs fonctions motrices et cognitives se détériorer plus rapidement que chez les athlètes n'en ayant pas subi.

Or, la présente étude permet d'établir que le dommage causé à la matière blanche à la suite d'une commotion cérébrale durant la vingtaine s'accentue avec l'avancement en âge des athlètes, et qu'il constitue un facteur déterminant du déclin cognitif et moteur des décennies plus tard.

Cette donnée a été recueillie auprès d'anciens athlètes qui ne présentaient, au moment de leur évaluation, aucun problème de santé ou antécédents médicaux prédisposant au développement de maladies du cerveau. Les participants du groupe étaient des hommes âgés de 51 à 75 ans, qui avaient évolué dans les ligues universitaires de hockey ou de football durant leurs études.

Le détail de cette découverte est publié dans le journal Brain.

Science