•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CAQ à la conquête des régions

François Legault

François Legault

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les élus de la Coalition avenir Québec tiennent leur caucus à Saguenay en vue de la rentrée parlementaire.

D'entrée de jeu, François Legault a dénoncé que les régions du Québec ont enregistré des milliers de pertes d'emplois et que le taux de chômage dans des régions comme la Gaspésie et le Saguenay-Lac-Saint-Jean sont respectivement de 14,3 % et 9,8 %.

On ne peut pas dire que l'économie va bien au Québec. [...] On veut des projets qui ont une chance réaliste d'être rentables.

Une citation de :Le chef de la CAQ, François Legault, en conférence de presse

Pour François Legault, Investissement Québec constitue un outil de taille pour favoriser la création et le maintien d'emplois dans la province. Mais, selon lui, Investissement Québec ne joue pas pleinement son rôle en ce moment.

« Investissement Québec est de moins en moins efficace, surtout dans les régions », dénonce-t-il, en citant en exemple la perte de 1300 emplois dans sa propre circonscription, à la suite du départ à Memphis, au Tennessee, de l'usine d'Electrolux. Electrolux était le premier employeur en importance à L'Assomption. La fermeture avait été annoncée en décembre 2010.

La CAQ a négligé les régions, reconnaît François Legault

On a du travail à faire dans les régions. Je ne m'en cache pas. Ça manquait peut-être à notre plateforme d'avoir un plan un peu plus détaillé sur les régions.

Une citation de :François Legault, chef de la CAQ

Pourquoi avoir négligé les régions? « La CAQ n'existe que depuis trois ans », se défend M. Legault, avant d'enchaîner du même souffle que dans les quatre prochaines années, le parti va démontrer qu'il sera prêt à gouverner le Québec.

« Je voudrais qu'on soit plus ouverts et plus rapides avec les projets des entrepreneurs en région, déclare François Legault. C'est ça qu'il faut changer. On est capables d'être le parti qui a le meilleur plan pour les régions. » Selon M. Legault, le Québec « doit retrouver le goût du risque ». Même si certains des projets risqués comportent des possibilités d'échec.

Mais la CAQ n'appuie pas pour autant tous les projets : « Les minicentrales et l'éolien à long terme n'ont pas de chances réalistes d'être rentables pour les contribuables, affirme François Legault. Donc, ça n'a pas de sens d'investir dans ces projets-là. »

La CAQ s'oppose aussi au projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie. « Ce n'est pas raisonnable d'investir 450 millions de dollars pour créer 200 emplois, décrie François Legault. C'est peut-être rentable pour la famille Beaudoin, mais pas pour les contribuables québécois ».

La CAQ a mandaté André Lamontagne, député dans la circonscription de Johnson, pour établir un plan qui va permettre d'instaurer ce que le parti de François Legault qualifie de « new deal  », pour mettre les régions du Québec sur les rails, sur le plan économique.

La CAQ, qui a été fondée le 14 novembre 2011, forme le deuxième groupe d'opposition à l'Assemblée nationale.

Déloger le Parti québécois

Bien que la CAQ entretienne des projets pour la région de Montréal, notamment dans l'Est, c'est sur les régions que la formation politique de François Legault entend se concentrer dans les mois à venir. Notamment pour y ravir des circonscriptions où le Parti québécois est solidement implanté, comme au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Il y a des gens qui me confient avoir voté libéral pour ne plus que Mme Marois soit là », explique M. Legault.

« J'aime pas commenter les sondages, mais vous les voyez comme moi, poursuit le chef de la CAQ. Je pense que le message, c'est que les Québécois ne veulent pas entendre parler de référendum ou de souveraineté. L'existence de la CAQ est de rassembler les Québécois nationalistes qui veulent aussi que ça change au Québec. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !