•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le journal Abitibi Express disparaîtra

TC Media est une filiale de Transcontinental

Bureaux de TC Media, une filiale de Transcontinental (archives)

Radio-Canada

C'est la fin des hebdomadaires Abitibi Express de Val-d'Or et de Rouyn-Noranda.

TransContinental a annoncé ce matin la vente de 14 journaux locaux et la fin de la publication de 20 autres.

En Abitibi-Témiscamingue, les journaux Abitibi Express de Val-d'Or et de Rouyn-Noranda cesseront d'être publiés.

Toutefois, les journaux La Frontière de Rouyn-Noranda, les publications du Citoyen et de l'Écho-Abitibien sont maintenus.

Une journée difficile pour les employés

C'est une journée chargée d'émotion pour les employés de TC Média. Les employés attendaient la décision finale de l'entreprise depuis plusieurs mois.

Ceux qui étaient à l'emploi des deux journaux Abitibi Express se joindront aux équipes de La Fontière, de l'Écho et des deux journaux Le Citoyen.

Les employés des journaux concernés devront donc composer avec la réalité de ces fusions.

« Il y a des changements qui se font, administratifs puis de direction, c'est une période qui va être d'adaptation. Il y a des gens qui se greffent à l'équipe avec cette fusion-là. Notre mandat, c'est toujours envers nos lecteurs, envers le public », affirme le président du syndicat des employés de La Frontière et du Citoyen de Rouyn-Noranda, Thierry Denoncourt.

L'entreprise refuse de confirmer le nombre exact des pertes d'emplois dans chacune des régions. Selon nos informations, au moins deux cadres perdent leur emploi en Abitibi-Témiscamingue.

« Pour Val-d'Or et Amos, l'Abitibi Express est fusionné au Citoyen de la Vallée-de-l'Or/Amos pour fusionner une seule équipe TC Média dans le marché. C'est le même scénario pour Rouyn-Noranda : l'Abitibi Express est fusionné au Citoyen Rouyn-Noranda/Abitibi-Ouest. Pour l'Abitibi, ce que je peux confirmer, c'est que la très grande majorité sont conservés, donc fusionnés aux titres existants, ce qui est quand même une bonne nouvelle pour la région », explique la directrice des communications chez TC Média, Katherine Chartrand.

Déjà des augmentations concernant les tarifs publicitaires

Mais les effets de la transaction se font déjà sentir, affirme le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, qui a vu les tarifs publicitaires augmenter.

« On parle de quelque chose qui est presque multiplié par quatre des tarifs qu'on avait avant avec le même journal, parce qu'il y avait de la compétition. Alors, la disparition de la compétition, ça a un impact direct sur les coûts de la publicité. Ça va nous forcer à revisiter et à revoir toutes façons [de faire] », souligne le maire de Val-d'Or.

Il ajoute qu'il ne peut plus garantir la publication de la page d'informations de la Ville chaque semaine dans le journal Le Citoyen.

Des répercussions un peu partout dans la province

À l'échelle de la province, 80 employés sont licenciés dans le processus.

La plupart des journaux vendus seront publiés en ligne uniquement sur la plateforme web iClic.

Position de Pierre Craig, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Le président de la FPJQ a émis son opinion sur la position des journaux hebdomadaires dans les régions du Québec à l'antenne du Radio magazine, mercredi.

Abitibi–Témiscamingue

Médias