•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nationalité israélienne de Steven Sotloff était tenue secrète

Steven Sotloff
Steven Sotloff Photo: Reuters
Reuters

Steven Sotloff, le journaliste américain décapité mardi par les djihadistes de l'État islamique, avait également la nationalité israélienne, a révélé mercredi le gouvernement israélien après avoir, semble-t-il, passé sous silence cette information pour minimiser les risques pour le prisonnier.

« Bon pour publication : Steven Sotloff était citoyen israélien, qu'il repose en paix », a annoncé sur Twitter Paul Hirschson, porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

L'État islamique (EI) a diffusé mardi une vidéo montrant la décapitation de Steven Sotloff, deux semaines après l'exécution de son confrère James Foley. Ces exécutions d'otages sont présentées par l'EI comme des représailles aux frappes aériennes menées depuis le 8 août par les États-Unis contre ses positions dans le nord de l'Irak.

La mort de Steven Sotloff a été très commentée par les médias israéliens, qui ont révélé avoir caché pendant deux semaines, depuis que l'EI a menacé de l'exécuter, le fait que le reporter indépendant de 31 ans était juif et qu'il écrivait à l'occasion pour des publications israéliennes. « Nous avons refusé de reconnaître toute relation avec lui au cas où ce serait dangereux pour lui », a déclaré Avi Hoffman, rédacteur en chef du magazine Jérusalem Report, qui a publié des articles de Steven Sotloff.

Selon un ancien compagnon de captivité du journaliste cité par le quotidien Yedioth Ahronoth, Steven Sotloff avait gardé le secret sur sa religion face aux djihadistes, prétendant se sentir mal pour expliquer son jeûne pour la fête de Yom Kippour.

Selon la presse israélienne, Steven Sotloff, né aux États-Unis, avait émigré en Israël en 2005. Il avait étudié au centre Herzliya, un établissement privé situé près de Tel-Aviv.

International