•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'accusation contre le policier qui a abattu Alain Magloire

Alain Magloire

Alain Magloire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aucune accusation criminelle ne sera portée contre les policiers de Montréal à la suite de la mort d'Alain Magloire lors d'une intervention policière, a annoncé aujourd'hui le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Me Jean Pascal Boucher, porte-parole du DPCP, précise que cette décision a été prise « à la suite de l'enquête indépendante menée par la Sûreté du Québec et après avoir examiné et analysé l'ensemble de la preuve ».

Le DPCP indique avoir examiné rigoureusement le dossier d'enquête constitué entre autres « des rapports des policiers impliqués, des déclarations des témoins civils, de la preuve recueillie lors de la couverture de la scène, des photographies des lieux concernés et des objets saisis, des enregistrements vidéo, du rapport d'autopsie et de deux rapports d'expertise en balistique ».

Alain Magloire est mort le 3 février dernier sous les balles d'un policier de Montréal. Père de deux filles et fils de l'ancien ministre haïtien de la Justice René Magloire, il était aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Diplômé en biochimie et en biologie moléculaire, sa vie a basculé dans les années 2000 après avoir consommé de l'ecstasy lors d'une fête, selon sa famille. Il avait ensuite développé des troubles psychologiques qui l'ont mené jusqu'à la rue. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !