•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Récolte de la première houblonnière de la Gaspésie

Récolte du houblon à la ferme du Ruisseau vert de Maria

Récolte du houblon à la ferme du Ruisseau vert de Maria

Photo : radio-Canada.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première houblonnière de la Gaspésie, la Ferme du Ruisseau Vert, est en pleine période de récolte.

Les propriétaires, Sébastien Cyr et Sarah Auger, ont lancé leur projet en 2010. C'est maintenant le temps de récolter les fruits de leur labeur!

Famille, voisins, amis, tous sont là pour aider le jeune couple qui a mis sur pied sa houblonnière sur la terre ancestrale des Cyr, dans le petit rang de Maria. Les deux entrepreneurs ont investi 80 000 $ dans leur projet.

La culture du houblon n'est pas banale, mais elle est en plein essor au Québec, poussée par la multiplication des brasseries artisanales.

En Gaspésie, la petite houblonnière peut compter sur la microbrasserie Le Naufrageur, de Carleton-sur-Mer, qui est déjà un des plus importants acheteurs de houblon québécois. « Et il y a d'autres microbrasseries qui ont aussi démontré leur intérêt envers notre produit gaspésien, mentionne Sarah Auger. Pour pouvoir brasser des bières locales, il faut un produit local. »

Une bière entièrement régionale

La récolte de houblon frais de la Ferme du Ruisseau Vert sera presque entièrement vendue à la brasserie Le Naufrageur. Le reste sera conservé pour fabriquer des produits dérivés du houblon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La récolte de houblon frais de la ferme du Ruisseau vert sera presque entièrement vendue à la brasserie Le Naufrageur. Le reste sera conservé pour fabriquer des produits dérivés du houblon.

Photo : Radio-Canada

Avec le houblon frais récolté, Le Naufrageur fabriquera une bière spéciale, Le P'tit Rang.

Sébastien Valade, l'un des copropriétaires de la microbrasserie de Carleton-sur-Mer, souligne qu'il y a peu de bières du genre au Québec. « Ça nous permet, explique-t-il, de faire une bière de récolte, une bière qui est faite avec des produits qui ont été cueillis dans la journée même. Le houblon frais permet d'aller chercher d'autres particularités qu'on n'a pas nécessairement dans le houblon séché. »

Le houblon, c'est ce qui donne l'amertume à la bière et son petit goût de revenez-y. « Les variétés peuvent varier et ne pas goûter la même chose », précise Sarah Auger.

Telle variété aura un goût plus épicé, l'autre plus citronné. Une autre aura un arôme de pamplemousse. Le climat de la Baie-des-Chaleurs s'avère particulièrement propice à la culture du houblon. La ferme en cultive cinq variétés.

Le terroir joue aussi son rôle et peut modifier la saveur du houblon. Sébastien Valade estime qu'une houblonnière régionale vient ajouter à la particularité de son produit. « On peut en venir à développer des bières uniques en leur genre grâce au houblon qui va pousser ici », croit le copropriétaire du Naufrageur.

Cette année, Le Naufrageur brassera 5000 litres de P'tit Rang. La bière, qui devrait être prête pour le festival de la récolte La Virée à Carleton-sur-Mer, sera aussi offerte en bouteille.

1700 plants d'ici cinq ans

Avec un investissement de 80 000 $, la ferme compte produire cinq tonnes de houblon frais d'ici cinq ans. Le produit pourra aussi être vendu séché. Des ententes ont été conclues avec la Coopérative forestière de Maria, dont le séchoir est situé à deux pas de la ferme.

Sarah Auger souhaite également développer d'autres marchés que les microbrasseries, comme celui des gens qui fabriquent leur bière à la maison.

Le houblon a aussi des vertus thérapeutiques antistress et est riche en phyto-oestrogènes. La ferme préparera cet hiver des produits tels des thés aromatisés ou des oreillers en cônes de houblon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec