•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attawapiskat a finalement son école

Maquette de la nouvelle école primaire de la réserve d'Attawapiskat
Maquette de la nouvelle école primaire de la réserve d'Attawapiskat Photo: Affaires autochtones
Radio-Canada

Quatorze ans après la fermeture de l'école primaire de la réserve d'Attawapiskat à cause de sa contamination, les élèves de la communauté du Grand Nord de l'Ontario pourront aller en classe à compter de mardi dans un nouvel établissement.

La nouvelle école peut accueillir 540 enfants de la maternelle à la huitième année.

Selon le député fédéral de Timmins-Baie James, le néo-démocrate Charlie Angus, c'est une rentrée marquante pour la réserve.

Les jeunes étudiants sont très énergisés d'aller à cette nouvelle école.

Charlie Angus, député de Timmins-Baie James

En 2000, l'école primaire d'Attawapiskat avait été fermée après que la rupture d'une conduite de carburant sous le bâtiment eut provoqué des émanations de diesel. Des salles de classe préfabriquées étaient utilisées depuis.

Salles de classe préfabriquées à AttawapiskatLes classes portatives d'Attawapiskat Photo : Radio-Canada/Claude G. Gagnon

Une élève de la réserve, Shannen Koostachin, avait lancé une campagne nationale pour la construction d'une nouvelle école. Mais elle est morte dans un accident de la route en 2010, soit deux ans avant qu'Ottawa accepte de financer le projet.

Le coût de la nouvelle école est estimé à 31 millions de dollars.

Nom symbolique

La nouvelle école s'appelle Kattawapiskak. Il s'agit du nom cri de la communauté.

Le curé d'Attawapiskat, Rodrigue Vézina, croit que l'ouverture de cet établissement contribuera à faire diminuer le décrochage scolaire. « Ça va amener peut-être un esprit de renouveau, dit-il, un esprit d'étude et un esprit pour que l'école soit vraiment un centre important dans le village ».

Le député Charlie Angus, pour sa part, espère que la nouvelle école servira de « symbole » de l'importance de défendre l'éducation des jeunes Autochones.

Ontario

Éducation