•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël s'approprie un secteur de la Cisjordanie

Des maisons israéliennes du secteur de « Gevaot », en Cisjordanie.

Des maisons israéliennes du secteur de « Gevaot », en Cisjordanie.

Photo : Ronen Zvulun/Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités israéliennes ont annoncé dimanche l'appropriation par l'État de 400 hectares de terrain en Cisjordanie, décision qui, selon un responsable palestinien, ne fera qu'aggraver les frictions après le conflit dans la bande de Gaza.

Quatre cents hectares du bloc de colonies de peuplement d'Etzion, près de Bethléem, ont été déclarés « terres de l'État, sur les instructions de la hiérarchie politique », par
l'administration civile.

Selon Radio-Israël, la décision a été prise en riposte à l'enlèvement et à l'assassinat de trois adolescents juifs par des militants du Hamas en juin dans le secteur. L'avis publié par l'armée ne mentionne cependant aucune raison à la décision.

Le mouvement La Paix maintenant, qui s'oppose à la colonisation en Cisjordanie, a estimé que cette appropriation visait à pérenniser une colonie où vivent pour l'heure 10 familles, à proximité d'une yeshiva.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.

La construction d'une importante colonie sur les lieux, appelés Gevaot, est envisagée par Israël depuis l'an 2000. L'an dernier, le gouvernement a lancé un appel d'offres pour la construction de 1000 unités de logement à cet endroit.

Pour La Paix maintenant, il s'agit de la plus importante appropriation de terres par l'État d'Israël en Cisjordanie depuis les années 1980.

Nabil Abou Rdainah, porte-parole du président palestinien, Mahmoud Abbas, a demandé à Israël de revenir sur cette appropriation. « Cette décision sera un facteur d'instabilité. Cela ne fera que jeter de l'huile sur le feu, après la guerre à Gaza », a-t-il dit.

Un responsable du département d'État américain a également critiqué une annonce qualifiée de « contreproductive » et appelé le gouvernement de Benjamin Netanyahu à revenir sur cette décision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !