•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des villageois guatémaltèques expulsent les Lev Tahor

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La communauté des Lev Tahor a dû partir du village guatémaltèque dans lequel elle s'était regroupée, sous la pression des résidents.

La communauté des Lev Tahor a dû partir du village guatémaltèque dans lequel elle s'était regroupée, sous la pression des résidents.

Photo : ? Jorge Lopez / Reuters

Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelques mois après avoir quitté le Canada pour le Guatemala, environ 230 membres de la secte juive Lev Tahor ont dû quitter précipitamment, vendredi, en autobus, le village de San Juan la Laguna où ils vivaient. Un conflit les opposait aux habitants du village.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

« Je suis très inquiet », dit le rabbin Shalom Felman, directeur de la maison Chabad au Guatemala, en entrevue téléphonique avec Radio-Canada. Le rabbin, dont l'organisme offre des services religieux et communautaires aux juifs du pays, décrit le départ précipité des Lev Tahor comme un épisode « digne du Moyen-Âge », qui a débuté jeudi soir.

Des villageois se sont montrés « hostiles » envers les membres de cette secte juive ultra-orthodoxe, selon l'agence Reuters. Personne n'a été blessé durant la fuite, indique M. Felman. « Mais je pense que le fait de demander à des femmes, des enfants, des adultes, des personnes âgées, de partir avec un si court délai, ce n'est pas facile », a déclaré le rabbin à Radio-Canada.

Le rabbin n'est pas en mesure de dire dans quelle ville du Guatemala se trouvent maintenant ces 40 familles, car il est présentement en voyage aux États-Unis.

« On se sentait intimidés par eux dans la rue. On pensait qu'ils voulaient changer notre religion et nos coutumes », explique Miguel Vasquez Cholotio, chef du conseil des aînés du village, en entrevue avec Reuters.

La communauté comprend de nombreux jeunes enfantsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La communauté des Lev Tahor a dû partir du village guatémaltèque dans lequel elle s'était regroupée, sous la pression des résidents.

Photo : ? Jorge Lopez / Reuters

Certains villageois auraient intimidé les membres de la secte, selon Reuters. Un des responsables des Lev Tahor sur place a expliqué toutefois que la grande majorité des habitants de San Jose la Laguna étaient amicaux envers les membres du groupe. Les Lev Tahor ne passaient pas inaperçus dans le village.

Les femmes de la secte portent des vêtements amples noirs qui couvrent leur corps et leurs cheveux, et les hommes portent une redingote noire à la manière des juifs ultra-orthodoxes.

« Je ne comprends pas pourquoi ils ne veulent pas de nous, on n'a rien fait de mal », a fait valoir Uri Goldman, un des membres du groupe, en entrevue avec Reuters. Selon lui, le « conseil des aînés » du village a demandé aux Lev Tahor de partir, faute de quoi l'électricité et l'eau leur seraient coupées.

« Ils nous ont aussi prévenus qu'ils pourraient nous faire partir en ayant recours à la force », affirme M. Goldman.

La secte Lev Tahor en 4 questions

La communauté, forte de quelques centaines de personnes, vivait dans les Laurentides depuis plusieurs années. Selon la Direction de la protection de la jeunesse du Québec, des enfants de la secte recevaient des punitions physiques, avaient des problèmes d'hygiène et n'étaient pas scolarisés correctement. Les responsables de la secte ont toujours vigoureusement nié ces allégations.

La communauté a fui le Québec pour l'Ontario le 18 novembre dernier, craignant des procédures judiciaires. Cependant, la secte ultra-orthodoxe a aussi attiré l'attention des services sociaux et de la justice de l'Ontario.

La majorité des membres de la secte ont progressivement quitté l'Ontario pour aller s'installer au Guatemala, où ils sont à la recherche d'une trentaine de maisons pouvant accueillir la communauté.

La saga des Lev Tahor

18 novembre 2013 : Environ 200 membres de la secte Lev Tahor quittent Sainte-Agathe-des-Monts et s'installent dans la région de Chatham en Ontario, alors que la Direction de la protection de la jeunesse au Québec enquête sur des allégations de mauvais traitements. Les dirigeants de la secte nient catégoriquement les allégations.

Mercredi 27 novembre : Un tribunal de la jeunesse au Québec ordonne que 14 enfants de la secte soient retirés de leur milieu et placés dans des familles d'accueil au Québec.

Lundi 3 février 2014 : Un juge ontarien décide de retirer 13 enfants du groupe Lev Tahor à leurs parents, mais leur laisse 30 jours pour faire appel de la décision.

Vendredi 21 février : La Cour supérieure du Québec refuse à la secte juive Lev Tahor le droit de faire appel de la décision de novembre qui ordonnait le retour de 14 enfants au Québec.

Lundi 3 mars : Une quinzaine de membres de la secte prennent l'avion en direction du Guatemala. Un groupe de 9 personnes est intercepté à Trinité-et-Tobago.

Mardi 4 mars : Au moins 2 adultes et 6 enfants de la secte arrivent au Guatemala.

Jeudi 6 mars : En Ontario, un juge ordonne que les 14 enfants des 2 familles qui ont pris la fuite soient placés dans des foyers d'accueil en Ontario en attendant que leur appel soit entendu.

Samedi 8 mars : Six enfants de la secte issus de 2 familles, leurs parents et un autre adulte sont rapatriés au Canada après s'être enfuis à Trinité-et-Tobago.

Dimanche 9 mars : Une mère d'âge mineur, dont une partie de la famille a tenté de fuir vers Trinité-et-Tobago, est arrêtée à sa descente de l'avion à Calgary et ramenée en Ontario avec son bébé.

Lundi 10 mars : Sept enfants de la secte sont retirés de leur famille par les services de protection de l'enfance de Chatham-Kent.

Vendredi 14 mars : Trois adultes et 6 enfants qui avaient pris la fuite au Guatemala comparaissent devant une juge à Panajachel. La juge décide de laisser les enfants dans leur famille.

Mercredi 7 mai : La justice ontarienne décide que 4 enfants de la secte Lev Tahor pourront être réunis avec leurs parents après avoir passé près de 2 mois en famille d'accueil à Toronto. Les avocats des parents et de la Société d'aide à l'enfance de Chatham-Kent sont parvenus à une entente.

Août 2014 : Il ne resterait qu'une qurantaine de membres de la secte au Canada, la plupart ont rejoint le Guatemala

Avec Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !