•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quitter le Québec : le maire de Blanc-Sablon persiste et signe

Armand Joncas

Armand Joncas

Radio-Canada

Le maire de Blanc-Sablon persiste et signe concernant son souhait de se séparer du Québec pour se joindre à Terre-Neuve-et-Labrador si le gouvernement québécois ne répond pas aux demandes de la Basse-Côte-Nord. Armand Joncas affirme maintenant que la majorité des membres du conseil municipal l'appuient dans sa démarche.

Au lendemain de la rencontre des élus en comité, mercredi, le maire a réitéré que la région est laissée pour compte par Québec.

Armand Joncas évoque notamment des problèmes persistants au réseau d'égouts de la municipalité. « On a eu trois études depuis 1998. La dernière qui est sortie est la pire. Ça a coûté 5 ou 6 millions de dollars au gouvernement. Pendant ce temps-là, nos égouts sont à découvert », a-t-il dit.

« Si M. Couillard dit qu'il n'y en est pas question qu'on se sépare du Québec, qu'on nous donne au moins les besoins vitaux », implore M. Joncas.

« Sinon, on va être obligés de demander à l'ACDI (Agence canadienne de développement international) de venir nous installer des affaires comme ils le font dans le tiers-monde », lance-t-il.

Située en Basse-Côte-Nord, Blanc-Sablon est isolée du reste du Québec. Depuis plusieurs années, de nombreux résidents aimeraient intégrer Terre-Neuve-et-Labrador, avec qui la municipalité partage ses frontières.

Route 138

L'enjeu principal entourant l'isolement, selon le maire, demeure le prolongement de la route 138, qui relierait la Basse-Côte-Nord au réseau routier du Québec. « Ils ont fait la route jusqu'à Kégaska, mais il manque un pont et l'asphaltage. On n'appelle pas ça une route finie », dit-il.

Armand Joncas définit les limites de la région qu'il aimerait voir annexée à Terre-Neuve-et-Labrador. « L'idéal, ce serait de la rivière Natashquan à Blanc-Sablon », précise-t-il.

Le maire de Blanc-Sablon réclame ainsi un débat de fond sur ce dossier à la MRC du Golfe-du- Saint-Laurent à la prochaine réunion du 16 septembre.

Par ailleurs, il participera le 10 septembre à la rencontre de la Conférence régionale des élus, qui portera sur le transport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société