•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vladimir Poutine intervient en faveur de soldats ukrainiens encerclés

Les séparatistes prorusses seraient prêts à établir un corridor humanitaire pour laisser partir des soldats ukrainiens encerclés.

Les séparatistes prorusses seraient prêts à établir un corridor humanitaire pour laisser partir des soldats ukrainiens encerclés.

Photo : Maxim Shemetov / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef séparatiste ukrainien Alexander Zakhartchenko affirme être disposé à ouvrir un « corridor humanitaire » pour permettre l'évacuation de soldats ukrainiens encerclés par les rebelles dans l'est de l'Ukraine.

Vladimir Poutine avait lui-même demandé hier aux insurgés d'établir un tel corridor pour éviter, selon un communiqué du Kremlin, « des pertes de vie inutiles ».

Le président Poutine demande aussi aux rebelles de fournir une aide médicale aux soldats blessés.

« Nous sommes prêts à ouvrir un corridor humanitaire », a déclaré le premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk, Alexander Zakhartchenko, à la chaîne de télévision Russie 24.

Il a ajouté que les soldats ukrainiens devraient abandonner leurs véhicules blindés et leurs munitions.

Les autorités de Kiev, qui accusent la Russie d'avoir lancé une « invasion » en envoyant des soldats et des blindés russes conquérir la ville de Novoazovsk, dans le sud-est de l'Ukraine, estiment que l'épisode du corridor est la preuve que les rebelles sont aux ordres de Moscou.

L'appel de Vladimir Poutine montre que « ces gens [les séparatistes] sont dirigés et directement contrôlés par le Kremlin », a déclaré aujourd'hui l'armée ukrainienne dans un communiqué.

Les troupes ukrainiennes se sont retrouvées coincées dans la ville de Novoazovsk, tombée aux mains des séparatistes hier.

L'Ukraine et l'Occident accusent la Russie d'avoir envoyé des troupes en Ukraine pour soutenir les séparatistes.

L'Ukraine veut adhérer à l'OTAN

Le gouvernement ukrainien entend lancer les procédures d'adhésion du pays à l'OTAN, a annoncé aujourd'hui le premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk.

Cette initiative risque d'être plutôt mal accueillie par Moscou.

L'OTAN tient d'ailleurs une réunion de crise aujourd'hui à Bruxelles, avant une autre réunion la semaine prochaine en Grande-Bretagne.

Le Canada a déjà annoncé qu'il allait participer à la réponse de l'OTAN à l'incursion russe en Ukraine et envoyer des avions de chasse patrouiller dans l'espace aérien à la limite de la Russie, dès la semaine prochaine.

Au moins quatre des six CF-18 qui participeront à l'opération sont déjà dans une base militaire en Lituanie.

De son côté, la Commission européenne a demandé vendredi à la Russie de cesser de soutenir militairement les rebelles séparatistes et de contribuer aux efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit.

« Le comportement récent de la Russie est contraire aux principes internationaux. La Russie doit faire preuve d'une attitude coopérative et arrêter de soutenir activement les séparatistes en leur fournissant des armes et des soldats », a déclaré son porte-parole, Jonathan Todd.

Moscou a une nouvelle fois nié, vendredi, par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, toute intervention militaire russe en Ukraine.

Bilan de près de 2600 morts

Les combats entre les forces gouvernementales ukrainiennes et les rebelles séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont fait 2593 morts depuis le mois d'avril, selon les derniers chiffres communiqués par un responsable des Nations unies.

Le bilan s'élève même à près de 3000 morts si l'on inclut les 298 victimes de l'écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines.

L'Ukraine, déchirée entre l'Est et l'Ouest. Notre dossier
Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !