•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers ministres déplorent le déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces

Les premiers ministres Philippe Couillard (Québec), Robert Ghiz (Île-du-Prince-Édouard) et Stephen McNeil (Nouvelle-Écosse)

Photo : Christinne Muschi / Reuters

Radio-Canada

Réunis à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, dans le cadre du Conseil de la fédération, les premiers ministres des provinces et des territoires discutent du déséquilibre fiscal et des échanges interprovinciaux.

Les gouvernements provinciaux trouvent « injuste » qu'Ottawa continue d'engranger des surplus alors que les provinces doivent composer avec des défis croissants pour parvenir à l'équilibre budgétaire, tout en continuant d'offrir des programmes et des services essentiels aux Canadiens.

Les provinces ont exprimé leurs inquiétudes par rapport à la disparité qui existe entre elles et le gouvernement fédéral. Une disparité croissante, citée dans le rapport du Conference Board du Canada intitulé Un parcours difficile à négocier : les perspectives économiques et budgétaires du Canada.

Selon le Conference Board, cette situation aura « des répercussions considérables sur la capacité des provinces à offrir des services publics de qualité ».

Ottawa doit contribuer davantage

Le Québec et l'Ontario demandent au fédéral d'augmenter sa part du financement en infrastructures, pour répondre à la lente reprise de l'économie et de l'emploi dans l'est du Canada.

L'ensemble des provinces et des territoires demandent également « une approche globale plutôt que projet par projet », indique le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Philippe Couillard et Kathleen Wynne se sont d'ailleurs rencontrés avant les travaux pour en discuter. Selon eux, le refus d'Ottawa d'augmenter ses investissements pourrait ralentir l'économie canadienne.

Philippe Couillard souligne que le Québec et l'Ontario dépensent en gros 3 % de leur produit intérieur brut pour les infrastructures. Il ajoute que si le fédéral dépensait à la même hauteur que la majorité des provinces, cela apporterait des milliards de dollars de plus pour ces mêmes provinces. Selon Kathleen Wynne, cela représenterait près de 30 milliards de dollars.

Les premiers ministres devraient discuter également de stratégie énergétique et de transferts sociaux du fédéral.

Par ailleurs, les premiers ministres David Alward, du Nouveau-Brunswick, et Christie Clark, de la Colombie-Britannique, ont signé une entente sur la main d'œuvre entre leurs provinces.

Les premiers ministres ont aussi profité de l'occasion pour refaire la célèbre photo de 1864 de la Conférence de Charlottetown, devant le parlement de l'Île-du-Prince-Édouard, pour souligner le 150e anniversaire de l'événement :

Faire tomber les barrières entre les provinces

À peu près tous les gouvernements s'entendent sur le fait qu'il faut réduire les barrières commerciales entre les provinces et territoires pour faciliter les échanges commerciaux d'un bout à l'autre du pays.

La Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique ont fait part de leur volonté de faire tomber les barrières.

L'Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique essaient de prêcher par l'exemple et sensibiliser les autres provinces et le fédéral à l'importance du libre-échange interprovincial.

Christy Clark, première ministre de la Colombie-Britannique

« Nous savons que les barrières commerciales tuent l'emploi », a conclu Mme Clarck, qui avait signé plus tôt dans la journée un protocole d'entente avec son homologue du Nouveau-Brunswick sur la mobilité des apprentis entre les deux provinces.

Les difficultés des échanges entre les provinces sont nombreuses, notamment au sujet des vins ontariens et britanno-colombiens. Des règles rendent leur vente d'une province à l'autre extrêmement difficile dans certains cas.

C'est particulièrement frustrant pour certaines provinces, qui soulignent que le Canada conclut de plus en plus d'ententes internationales de libre-échange. Certains disent qu'il est plus facile de faire du commerce avec d'autres pays qu'à l'intérieur du Canada.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard Robert Ghiz souligne justement que si l'on constate qu'il est plus facile de faire du commerce avec d'autres pays qu'entre provinces, il faut changer les règles.

D'ailleurs, la réunion du Conseil de la fédération n'avait pas encore commencé que le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, accusait l'Ontario de mettre en place des mesures protectionnistes. Il a qualifié d'injuste la politique ontarienne qui favorise les entreprises locales, notamment dans le secteur de la construction. La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, se dit prête à revoir certaines pratiques commerciales, mais elle rejette les accusations de protectionnisme.

Nouvel appel pour les femmes autochtones disparues ou assassinées

Les premiers ministres et des chefs autochtones souhaitent que le premier ministre Stephen Harper participe à une discussion sur la question des femmes autochtones disparues ou assassinées. Cette invitation est lancée au lendemain d'une réunion entre les premiers ministres déjà présents à Charlottetown et cinq chefs autochtones.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard indique que la proposition est encore à une étape préliminaire, mais qu'il est important de poursuivre la discussion.

Jusqu'à présent, le fédéral a écarté l'idée de tenir une enquête publique sur le sujet.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique