•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le virus Ebola a encore le dessus

Des travailleurs de Médecins sans frontières au Libéria.

Des travailleurs de Médecins sans frontières au Libéria.

Photo : Reuters

La Presse canadienne

Le virus Ebola qui déferle sur l'Afrique de l'Ouest a « encore le dessus » sur les efforts pour combattre l'éclosion, mais les experts disposent des outils dont ils ont besoin pour en freiner la progression, a affirmé mardi le directeur des Centres de contrôle et de prévention de la maladie (CDC) des États-Unis.

Le docteur Tom Frieden visite cette semaine le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée, les trois pays les plus durement touchés par l'épidémie. Il se trouvait mardi au Liberia, le pays où on dénombre le plus grand nombre de cas et de décès.

Des infections ont aussi été décelées au Nigeria, mais les responsables de ce pays disent avoir bon espoir de pouvoir cerner la menace.

Le docteur Frieden a rencontré la présidente libérienne Ellen Sirleaf Johnson lundi. Il a alors déclaré que le virus avait le dessus, même si les intervenants travaillent fort et qu'ils obtiennent certains succès.

L'épidémie actuelle est la pire de l'histoire et les experts peinent à la contenir pour de multiples raisons : les médecins ont mis beaucoup de temps à la repérer, elle frappe une région où les gens se déplacent fréquemment, elle s'est propagée à des zones densément peuplées et plusieurs personnes infectées fuient les traitements.

Le docteur Frieden a toutefois dit croire que l'épidémie pouvait être contenue.

« L'Ebola ne se répand pas de manière mystérieuse, on sait comment le virus se propage, a-t-il dit lors de remarques retransmises par la télévision libérienne. Nous disposons donc des moyens pour l'empêcher de se répandre, mais ça demande une attention extraordinaire aux moindres détails. »

Le dernier bilan publié par l'Organisation mondiale de la santé fait état de 1427 morts et 2615 malades. L'agence onusienne de la santé ajoute que 240 travailleurs de la santé ont été infectés, et que la moitié d'entre eux sont morts.

De son côté, l'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a annoncé mardi par voie de communiqué l'envoi de matériel et de personnel pour combattre une éclosion d'Ebola dans la province de l'Équateur, en République démocratique du Congo.

Aucun lien avec l'Afrique de l'Ouest n'a encore été établi, a dit MSF, même si rien n'est à exclure. L'organisation a prévenu que sa capacité de réponse était limitée par la première épidémie et qu'elle avait besoin d'aide pour combattre la nouvelle éclosion.

MSF a précisé qu'elle mettrait en place une structure de prise en charge à Lokolia, la zone la plus touchée par l'épidémie dans la zone de santé de Boende, en collaboration avec le ministère de la Santé congolais.

« En temps normal, nous sommes en mesure de mobiliser des équipes spécialisées en fièvres hémorragiques, mais actuellement nous faisons face à une énorme épidémie en Afrique de l'Ouest, limitant notre capacité de réponse à l'épidémie en Province de l'Équateur. Nous avons besoin que d'autres acteurs se mobilisent rapidement à nos côtés pour appuyer le ministère [congolais] de la Santé : seuls nous n'y parviendrons pas », a prévenu Jeroen Beijnberger, le coordinateur médical de MSF en RDC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International