•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération Nanook 2014

Le compte rendu de Manon Globensky
Radio-Canada

Depuis le 20 août, c'est une opération militaire d'envergure qui se déroule au Nunavut. Elle met en scène jusqu'à 800 participants, un navire de la marine danoise, un avion de surveillance américain, des membres de tous les éléments des Forces canadiennes et des fonctionnaires de 14 services des gouvernements fédéral et territorial.

Un texte de Manon GlobenskyTwitterCourriel

Officiellement, il s'agit de tester leur coordination en cas d'urgence. Cette année, deux scénarios ont été retenus : une opération de recherche et de sauvetage d'un bateau de pêche au large de la terre de Baffin, et l'évacuation d'un petit bateau de croisière échoué à York Sound.

Mais officieusement, ces exercices interarmées sont aussi une belle occasion pour Ottawa de montrer sa présence dans une région qui lui est extrêmement précieuse.

Depuis 2007, les opérations Nanook se déroulent de la même façon et depuis 2010, elles sont résolument axées sur l'Arctique.

Des militaires participent à l'opération Nanook 2014.Des militaires participent à l'opération Nanook 2014.

D'une année à l'autre, on a simulé des déversements toxiques, des écrasements d'avion, une chasse illégale et des évacuations dues à des feux de forêts.

Le scénario du bateau de croisière est tout à fait plausible, car la navigation évolue rapidement dans l'Arctique, les passages et les fjords étant de plus en plus libres de glace.

La navigation en Arctique

Tout près d'Arctic Bay dans le passage du Nord-Ouest, où le premier ministre Stephen Harper s'est rendu à l'occasion de sa tournée 2014, se trouvent plus d'une douzaine de navires commerciaux qui attendent de savoir si le passage est libre de glace.

Ces navires réussissent à se faire assurer pour la traversée entre l'Atlantique et le Pacifique, autrefois jugée trop hasardeuse. Elle est vue aujourd'hui, lorsque praticable, comme étant beaucoup plus courte et plus avantageuse que le passage du canal de Panama.

Dans son discours aux troupes qui participent à l'opération Nanook, le premier ministre Harper a dit que la souveraineté de l'Arctique canadien repose aujourd'hui sur les fondations jetées par le capitaine britannique John Franklin (dont on cherche les épaves année après année), il y a près de 200 ans.

Il dit donc aux membres des Forces armées – et aux rangers canadiens qui participent aussi aux manœuvres – que leur mission sera toujours de protéger la souveraineté canadienne, incluant la souveraineté dans l'Arctique, peu importe ce que cela prendra.

Politique