•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Mauricie développe sa filière « champignon »

Un champinon sauvage en forêt

La cueillette de champignons en forêt de plus en plus populaire

Photo : Istock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Filière mycologique de la Mauricie compte développer l'industrie du champignon forestier dans la région.

L'organisme a formé un partenariat avec le Plan de développement de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la Mauricie (PDAAM) et le Syndicat des producteurs de bois de la Mauricie (SPBM).

Le coordonnateur de la Filière mycologique de la Mauricie, Patrick Lupien, explique travailler à améliorer l'approvisionnement en champignons et la mise en marché, en plus d'en faire un produit d'appel touristique.

L'organisme compte aussi cartographier les sites propices à la cueillette de champignons, tant pour les amateurs que pour les industriels. Il veut également organiser des activités en forêt, des dégustations et des ateliers avec un chef pour démystifier l'aliment.

Les intervenants comptent investir près de 730 000 $ dans le projet, d'ici 2015.

Des retombées en cuisine

Cette vision plaît beaucoup au chef cuisinier Fred Chapuis, qui attend avec impatience que l'industrie mycologique se développe au Québec et dans la région. « On a un énorme territoire forestier, la ressource est là », dit le chef.

L'initiative de la Filière mycologique de la Mauricie s'inspire d'un projet similaire réalisé en Espagne.

La cueillette du champignon y fait tourner l'économie de toute une région, soit celle de Castilla y León, avec un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !