•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

André Bellavance quitte le Bloc québécois

Le reportage de Mylène Crête
Radio-Canada

Le député bloquiste de Richmond-Arthabaska, André Bellavance quitte le Bloc québécois en dénonçant l'orientation que le nouveau chef, Mario Beaulieu, tente d'imposer au parti. Ce dernier se dit déçu du départ d'André Bellavance et déplore qu'il ne se soit jamais rallié à son leadership.

Bien qu'il quitte le Bloc québécois, André Bellavance continuera de siéger aux Communes à titre de député indépendant jusqu'à la fin de son mandat.

En conférence de presse à Victoriaville, le député a expliqué que sa vision ne concordaient pas avec celle de son nouveau chef, Mario Beaulieu.

Affirmant avoir rencontré à deux reprises M. Beaulieu et discuté avec lui, André Bellavance a expliqué en être arrivé à la conclusion qu'il valait mieux pour lui de quitter le Bloc en raison des divergences d'opinions importantes qui persistent entre lui et son chef.

La vision et les orientations concernant l'avenir du Bloc québécois [sous la direction de Mario Beaulieu] sont diamétralement opposées aux miennes.

André Bellavance

Sous la direction de Mario Beaulieu, le député de Richmond-Arthabaska affirme ne plus reconnaître le Bloc québécois dans lequel il s'est engagé en 2000.

Il assure au passage ne pas être à la tête d'une rébellion au sein du parti et ne pas remettre en question la victoire de Mario Beaulieu lors de la course à la direction du parti, en juin dernier.

Pas candidat aux prochaines élections

Assurant ses électeurs qu'il poursuivra néanmoins son mandat jusqu'au bout à titre de député indépendant, André Bellavance a ajouté qu'il ne se portera pas candidat aux prochaines élections fédérales et qu'il ne se joindra à aucun autre parti politique à Ottawa.

Ma première loyauté va envers les électrices et électeurs de Richmond-Arthabaska et je tiens à les assurer de mon dévouement indéfectible pour continuer à les représenter comme je l'ai toujours fait en défendant et portant leurs dossiers avec rigueur et acharnement.

André Bellavance

Parmi les raisons qui l'incitent à quitter le parti, André Bellavance a évoqué le départ, il y a deux semaines, du député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin.

Ce dernier a claqué la porte du parti en dénonçant l'intransigeance et l'approche unidimensionnelle de son chef, Mario Beaulieu. M. Fortin, qui siège désormais comme indépendant, accusait son chef de tenter de détourner la vocation du Bloc québécois.

« On est en deuil de notre parti, on aurait aimé voir le Bloc québécois être un véhicule qui garde sa crédibilité », a réagi lundi le député Fortin, affirmant avoir « beaucoup de respect » pour André Bellavance.

« Chasse aux sorcières »

André Bellavance a également dénoncé la « chasse aux sorcières » dont sont victimes, dit-il, ses partisans et ses collègues au sein du parti, notamment sur les réseaux sociaux. Selon lui, plusieurs d'entre eux sont l'objet d'intimidation et d'exclusion par les partisans du chef Mario Beaulieu, qui les accusent de ne pas être « assez souverainistes pour être au Bloc québécois ».

Je n'adhère pas au ''crois ou meurs'' et je crains que l'entourage du nouveau chef ait amorcé une chasse aux sorcières qui vise à écarter ceux qu'ils qualifient encore de pro-Bellavance.

André Bellavance

Mario Beaulieu déçu

Mario BeaulieuMario Beaulieu

Dans un communiqué publié en avant-midi, le chef du Bloc québécois a réagi en déplorant le départ d'André Bellavance. Se disant déçu, Mario Beaulieu écrit : « Monsieur Bellavance était en réflexion quant à son avenir politique depuis le résultat de la course à la direction. Malheureusement, il ne s'est jamais vraiment rallié malgré toutes nos tentatives de rapprochement. »

Reconnaissant que la relance du parti, qui ne compte plus que deux députés en Chambre, nécessite un coup de barre, M. Beaulieu se défend toutefois d'avoir dérogé aux principes fondamentaux du Bloc québécois.

« Ce que je propose pour relancer le Bloc Québécois est en droite ligne avec les principes fondamentaux du parti. Ce sont simplement les moyens pour faire la promotion de l'indépendance qui ont été renouvelés », se défend Mario Beaulieu dans le communiqué.

« J'étais conscient dès le départ que ce ne serait pas facile. Ce matin, la pente devient encore plus abrupte, mais ce serait de sous-estimer la résilience et la détermination du mouvement indépendantiste que de croire que nous n'allons pas nous relever remonter la pente », poursuit M. Beaulieu.

La situation est maintenant claire, ceux qui ont décidé de baisser les bras ne seront plus là pour nous ralentir.

Mario Beaulieu, chef du Bloc québécois

Plus que deux députés

Avec le départ d'André Bellavance, le seul parti souverainiste à Ottawa ne détient plus que deux députés à la Chambre des communes : Claude Patry, élu sous la bannière du NPD à Jonquière-Alma, et Louis Plamondon, qui représente la circonscription de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour.

Rappelons que quelques jours après le départ bruyant de Jean-François Fortin, des rumeurs rapportaient que le député bloquiste de Jonquière-Alma,Claude Patry, s'apprêtait lui aussi à quitter le parti. M. Patry a mis fin aux rumeurs peu de temps après, en annonçant qu'il terminerait son mandat comme député bloquiste, mais qu'il ne se présenterait pas aux prochaines élections fédérales d'octobre 2015.

Quant à Louis Plamondon, il assure qu'il demeurera député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour pour le Bloc québécois et qu'il maintient son appui au chef du parti, Mario Beaulieu.

Un nouveau chef qui ne fait pas l'unanimité

Le climat est tendu au sein du parti depuis l'arrivée de l'ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Mario Beaulieu, à la tête du Bloc québécois, en juin dernier. Sa candidature ne faisait d'ailleurs pas l'unanimité au sein du parti. Les membres du caucus avaient plutôt donné leur appui au député André Bellavance.

Mario Beaulieu avait promis quant à lui de remettre la souveraineté du Québec au centre du discours du Bloc québécois, appelé à devenir, selon lui, le moteur de la relance souverainiste au Québec. Une vision que ne partageaient pas certains de ses collègues, dont André Bellavance, qui briguait lui aussi la direction du Bloc lors de la course à la direction de l'été.

Le parti avait également connu une crise en septembre 2013, sous la direction de Daniel Paillé, avec l'expulsion du caucus de la députée d'Ahuntsic, Maria Mourani, en raison de son opposition au défunt projet de charte des valeurs québécoises proposé par le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Mauricie et Centre du Québec

Politique