•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Mexicaine menacée d'expulsion à cause d'un ex-conjoint violent

Photo de Sheila

Sheila a déclaré qu'elle craignait pour la sécurité de ses enfants si elle était déportée

Photo : CBC

Radio-Canada

Une mère de famille d'origine mexicaine, qui habite à Montréal depuis 2005, pourrait être expulsée du pays dans moins d'une semaine sans ses deux filles âgées de 5 et 8 ans.

La femme, dont le nom ne peut être dévoilé pour assurer l'anonymat de ses enfants, n'a pas réussi à obtenir le statut de résidente permanente, car sa demande de parrainage aurait échoué en raison d'un ex-conjoint violent.

Ce dernier a été reconnu coupable d'avoir blessé le nourrisson de la famille en 2008. Il a hérité d'un casier judiciaire, ce qui a fait déraper la demande de parrainage. Une situation que l'avocate de la dame, Angela Potvin, juge absurde. « Si elle n'avait pas dit aux autorités qu'il y avait eu violence contre ses enfants, elle serait résidente permanente aujourd'hui. »

La jeune femme de 27 ans craint pour sa sécurité si elle retourne au Mexique. Elle dit avoir épuisé toutes ses économies dans la bataille judiciaire qu'elle mène contre Immigration Canada depuis le mois de mai.

Si je retourne au Mexique, je pourrais être dans la rue. Ça ne fait pas de sens, je ne peux pas comprendre pourquoi le Canada fait cela à ma famille.

La femme menacée d'expulsion

Les deux filles de la dame, qui sont nées au Canada, ne pourront pas suivre leur mère si elle quitte le pays le 30 août, jour de l'anniversaire de la cadette. Le dossier de leur garde n'est pas réglé; la femme étant en procédure de divorce. C'est la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ou le père qui s'occupera des fillettes.

Lors d'une conférence de presse organisée dimanche pour dénoncer la situation, l'actuel conjoint de la femme a demandé : « Pourquoi c'est elle qui devrait être punie? En quoi est-ce logique qu'une femme qui essaie de se protéger de l'abus soit retournée dans un pays sans ressources, sans support, sans enfants? »

La mère, qui a quitté le Mexique parce qu'elle craignait pour sa sécurité après avoir vécu un viol, a fait une nouvelle demande de parrainage avec son conjoint actuel.

Son dernier espoir repose dans une audience en cour fédérale qui aura lieu mardi matin.

Affiche « Justice, arrêtons les déportations »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Affiche « Justice, arrêtons les déportations »

Photo : ICI Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Société