•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ricciardo en profite, Mercedes-Benz en crise

Daniel Ricciardo en Belgique

Daniel Ricciardo en Belgique

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Radio-Canada

Daniel Ricciardo a profité de l'accrochage entre les deux pilotes Mercedes-Benz pour remporter la victoire à Spa, sa troisième de la saison.

Le pilote australien a devancé à l'arrivée Nico Rosberg (Mercedes-Benz) et Valtteri Bottas (Williams). Après ses victoires à Montréal et à Budapest, le pilote Red Bull tire avantage des gaffes des pilotes Mercedes-Benz.

Parti de la position de tête, Rosberg a raté son départ. Et son coéquipier Lewis Hamilton l'a dépassé, tout comme Sebastian Vettel.

Rosberg a pu repasser Vettel au bout de la ligne droite, à Blanchimont, et il a tenté un dépassement par l'extérieur sur Hamilton au freinage des Combes au tour suivant. Sa manoeuvre n'a pas fonctionné. Il a touché le Britannique et a crevé son pneu arrière gauche.

Hamilton a dû rentrer aux puits pour changer de pneus, et s'est retrouvé dernier. Le fond plat de sa voiture a souffert de l'accrochage, et il n'arrivait plus à rouler à fond, ce qui est handicapant à Spa.

Après avoir plusieurs fois demandé à son équipe de retourner aux puits pour préserver son moteur, il a finalement abandonné au 38e tour.

Rosberg a fait changer son aileron au neuvième tour. Et après une remontée de la 15e à la 2e place, il a pu finir la course sur le podium et récolter 18 points pour limiter les dégâts pour Mercedes-Benz.

« Pour l'équipe, c'est très décevant », a admis Rosberg, qui avait la mine basse après la course.

Nico Rosberg et Daniel Ricciardo sur le podium de BelgiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nico Rosberg et Daniel Ricciardo sur le podium de Belgique

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Le public l'a accueilli avec des huées sur le podium­. Rosberg a peut-être 29 points d'avance sur Hamilton en tête du classement des pilotes, mais il va devoir se racheter vite.

« Je peux comprendre la réaction des amateurs britanniques », a-t-il affirmé.

Valtteri Bottas ne croyait pas pouvoir monter sur le podium, mais il a réussi à rattraper Kimi Raikkonen à huit tours de l'arrivée. Il l'a doublé pour s'emparer de la 3e place. C'était pour le Finlandais un quatrième podium en cinq courses.

« Pourquoi pas? a-t-il dit candidement. L'équipe me donne une bonne voiture. »

Daniel Ricciardo ne s'attendait pas à pareil dénouement. Il a profité d'une bévue de son célèbre coéquipier et de l'arrêt de Rosberg pour changer d'aileron.

« J'étais derrière Seb, et je pense qu'il a mis une roue hors piste à la sortie du virage 10. Évidemment, à cause de la pluie de ce matin, ça glissait encore un peu, donc j'ai pu le doubler, a expliqué Ricciardo. Après, je crois que Nico est rentré aux puits pour changer son aileron avant. Ça m'a permis de passer en tête et d'y rester, car j'avais un bon rythme et j'arrivais à faire durer mes pneus.

« À la fin, il fallait juste que je reste constant et concentré. Je me suis bien amusé », a-t-il dit

Le pilote australien remporte sa deuxième victoire d'affilée et consolide sa 3e place au classement des pilotes, à 35 points de Lewis Hamilton.

La 4e place de Kimi Raikkonen était son meilleur résultat de la saison. Il a fini devant le champion du monde Sebastian Vettel, auteur d'une fin de course fantastique.

Vettel a dépassé, dans les deux derniers tours, Fernando Alonso et les deux pilotes McLaren Kevin Magnussen et Jenson Button.

Mercedes-Benz en état de choc

« Je me sens trahi. Toute l'équipe se sent trahie », a dit le directeur général Toto Wolff.

« Il faut m'expliquer. Je pourrais comprendre à la limite que cela se passe à la fin d'une course, mais pas au deuxième tour. Pour Lewis, c'est dur », a dit le conseiller de Mercedes-Benz Niki Lauda.

« Le but n'est pas de montrer Nico du doigt, mais de profiter de cet incident pour revoir notre philosophie », a dit le directeur technique Paddy Lowe.

L'accrochage entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg en BelgiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'accrochage entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg en Belgique

Photo : Getty Images / Clive Mason

La réunion d'équipe après la course, en présence des deux pilotes, n'a pas permis d'apaiser les esprits.

« Je sors d'une réunion où on vient d'en parler et il (NDLR : Rosberg) a dit, en gros, qu'il avait fait exprès, a dit Hamilton, très calme. Il a dit qu'il aurait pu éviter l'accrochage, mais qu'il ne l'a pas fait. Il a dit : "Je l'ai fait pour marquer le coup." »

« Si vous voulez vérifier ce que je vous dis, vous pouvez aller demander à Toto et à Paddy. Ils sont très énervés contre lui eux aussi », a révélé Hamilton avant de s'éclipser.

Face à la meute de journalistes encore présents dans le paddock, Toto Wolff a été obligé de préciser les propos tenus par Rosberg pendant la réunion.

« Le point qu'il voulait faire, c'est que Lewis devait lui laisser de la place, et que Lewis ne lui a pas laissé assez de place. Ils ont été d'accord pour dire qu'ils n'étaient pas d'accord, dans une discussion animée, mais Nico n'a pas fait exprès de sortir Lewis. C'est de la foutaise. »

Il n'est pas exclu que Nico Rosberg soit puni d'une façon ou d'une autre par Mercedes-Benz.

« Si une tape sur la main ne suffit pas, et visiblement ça n'a pas suffi, on trouvera autre chose », a dit M. Wolff.

Comme le prochain Grand Prix a lieu sur le circuit ultra rapide de Monza, il est important que Mercedes-Benz clarifie au plus vite la situation. Pour éviter un accrochage à haute vitesse et arrêter de perdre bêtement des points.

« Nous allons réfléchir, tous ensemble, à la question de savoir s'il faut mettre en place des consignes de course », a-t-il expliqué.

« Si on continue à vouloir assister à de belles bagarres, on risque de tout perdre au soir du Grand Prix d'Abou Dhabi, après avoir dominé toute la saison. Et on passera pour des imbéciles », a lancé, visiblement agacé, le directeur général de l'équipe allemande.

L'ambiance sera électrique à Monza.

Résultats du Grand Prix de Belgique :

  • 1. Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-Renault), 44 tours à la moyenne de 218,453 km/h
  • 2. Nico Rosberg (GER/Mercedes-Benz) à 3,383
  • 3. Valtteri Bottas (FIN/Williams-Mercedes-Benz) à 28,032
  • 4. Kimi Raikkonen (FIN/Ferrari) à 36,815
  • 5. Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault) à 52,196
  • 6. Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes-Benz) à 54,580
  • 7. Fernando Alonso (ESP/Ferrari) à 61,162
  • 8. Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes-Benz) à 64,293
  • 9. Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Renault) à 65,347
  • 10. Nico Hülkenberg (GER/Force India-Mercedes-Benz) à 65,697
  • 11. Jean-Éric Vergne (FRA/Toro Rosso-Renault) à 1:11,920
  • 12. Kevin Magnussen (DEN/McLaren-Mercedes-Benz) à 1:14,262
  • 13. Felipe Massa (BRA/Williams-Mercedes-Benz) à 1:15,975
  • 14. Adrian Sutil (GER/Sauber-Ferrari) à 1:22,447
  • 15. Esteban Gutiérrez (MEX/Sauber-Ferrari) à 1:30,825
  • 16. Max Chilton (GBR/Marussia-Ferrari) à 1 tour
  • 17. Marcus Ericsson (SWE/Caterham-Renault) à 1 tour
  • 18. Jules Bianchi (FRA/Marussia-Ferrari) à 5 tours

Note : Kevin Magnussen a été pénalisé de 20 secondes après l'arrivée pour avoir gêné Alonso en fin de course, et il a rétrogradé de la 6e à la 12e position.

Course automobile

Sports