•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 100e de la Loi sur les Mesures de guerre souligné au centre d'interprétation du Camp Spirit Lake

Camp de Spirit Lake
Camp de Spirit Lake Photo: Archives Canada

Il y a 100 ans, le gouvernement canadien adoptait la Loi sur les Mesures de guerre.

Cent plaques commémoratives ont donc été dévoilées partout au Canada vendredi en souvenir des opérations d'internement national qui ont suivi.

La loi avait permis de détenir dans des camps des ressortissants de pays ennemis lors de la Première Guerre mondiale.

Le Camp Spirit Lake, près d'Amos, en était un. Son centre d'interprétation abrite maintenant une des plaques dévoilées vendredi.

Le Camp Spirit Lake et 23 autres camps n'auraient jamais existé s'il n'avait pas eu cette Loi sur les Mesures de guerre adoptée après l'entrée en guerre du Canada le 4 août 1914.

« [Cette loi] donne évidemment des pouvoirs dans tous les domaines, la censure, le contrôle de certaines publications, l'arrestation, des détentions éventuellement, déportation d'ennemis », explique l'historien Serge Bernier.

À Spirit Lake, il y a eu 1200 détenus, essentiellement des Ukrainiens, qui avaient le mauvais passeport à l'époque, celui de l'ennemi austro-hongrois. Les détenus étaient associés à une menace pour le pays.

« La plupart des gens qui étaient internés ici viennent du quartier Iberville de Montréal et un peu de Pointe Saint-Charles... ces gens ont été incarcérés pour aucune raison », rappelle le président de la Corporation du Centre d'interprétation du Camp Spirit Lake, James Slobodian.

Les premiers sont arrivés au petit matin du 13 janvier 1915 par le train. Le vaste camp de 4 km carrés a existé jusqu'en 1917. Dix-neuf détenus y ont péri.

M. Slobodian voit dans le dévoilement des 100 plaques commémoratives une façon de lever le tabou sur cette période de l'histoire et de prévenir.

Au total, 8500 étrangers ont été détenus dans 24 camps au Canada.

Plaque à la mémoire des premières opérations d'internement nationale du CanadaPlaque à la mémoire des premières opérations d'internement nationale du Canada

Abitibi–Témiscamingue

Histoire