•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec abandonne la bataille des transferts fédéraux en santé

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Photo : La Presse canadienne / Clément Allard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre Philippe Couillard accepte finalement la baisse du financement fédéral en santé, pourtant contestée par son prédécesseur Jean Charest.

Dès 2017, Ottawa réduira de 2 % à 3 % l'augmentation de ses fonds versés en santé aux provinces, ce qui privera le Québec de 7 milliards en 7 ans.

M. Couillard croit que le maintien à 6 % de la hausse des transferts serait peu réaliste.

Notre gouvernement comprend que le rythme d'augmentation de 6 % dans le contexte économique financier actuel est difficile à maintenir.

Une citation de :Philippe Couillard, premier ministre libéral 

Le premier ministre se dit cependant « préoccupé » par le fait que la nouvelle méthode de calcul se base seulement sur le nombre d'habitants de chaque province, sans prendre en compte ses spécificités. 

« La plupart des économies modernes allouent les fonds en santé selon les caractéristiques spécifiques des populations, notamment l'âge moyen, la démographie », a-t-il dit. 

Pour compenser l'important manque à gagner, Québec réduira ses dépenses en santé, a indiqué le premier ministre.

Un « unilatéralisme » dénoncé

Au cours de son mandat, Jean Charest avait fait front commun avec les autres provinces afin de dénoncer ce qu'il considérait comme un désengagement envers le « fédéralisme d'ouverture », les conservateurs ayant agi sans les consulter. 

Lors du Conseil de la fédération de Victoria, en janvier 2012, toutes les provinces s'étaient entendues sur la création de deux groupes de travail sur le sujet. Le dossier des transferts est revenu sur la table six mois plus tard, lors d'un autre Conseil de la fédération.

L'ancien premier ministre y dénonçait chaque fois « l'unilatéralisme » d'Ottawa, un discours qu'il a notamment repris, seul, devant le Canadian Club de Toronto et l'Association médicale canadienne.

Le PQ inquiet

Devant la « résignation » de Philippe Couillard dans ce dossier, le Parti québécois (PQ) dit craindre une réduction des soins de santé donnés à la population.

« Quels services ne seront plus rendus aux patients, eux qui souffrent déjà du manque criant d'accès et qui sont exposés à des compressions annoncées? », a demandé la députée de Taillon et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Diane Lamarre.

Selon le PQ, avec cette décision des conservateurs, la part des coûts assumée par Ottawa en matière de santé glissera sous la barre des 20 %. « Où Philippe Couillard ira-t-il chercher cet argent resté à Ottawa? », se questionne le député de Verchères, Stéphane Bergeron. 

La nouvelle méthode de calcul

En 2011, Ottawa a décidé, sans consulter les provinces et les territoires, de changer la façon de calculer les transferts pour le financement des soins de santé. À partir de 2017, l'augmentation des transferts sera réduite à la croissance du PIB, avec un seuil minimum de 3 %. Elle était auparavant fixée à 6 %. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !