•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux joueurs de hockey de l'Université d'Ottawa accusés d'agression sexuelle

Photos officielle de David Foucher (à gauche) et Guillaume Donovan

Photos officielle de David Foucher (à gauche) et Guillaume Donovan

Photo : Site Internet des Gee-Gees

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux joueurs de hockey des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa devront répondre à une accusation d'agression sexuelle sur une jeune femme de 21 ans, annonce le Service de police de Thunder Bay.

David Foucher, 25 ans, et Guillaume Donovan, 24 ans, tous deux de Gatineau, ont été formellement accusés cette semaine, à Ottawa. Ils ont été libérés et doivent comparaître en cour à Thunder Bay le 30 septembre.

Les faits qui leur sont reprochés se seraient déroulés le matin du 2 février dernier, dans un hôtel de la rue Arthur Ouest, à Thunder Bay.

Les joueurs des Gee-Gees étaient alors de passage dans cette ville du Nord-Ouest ontarien pour affronter l'équipe de l'Université Lakehead.

Les policiers n'ont été mis au courant des allégations que trois semaines plus tard, soit le 25 février. La Section des agressions sexuelles et de la violence faite aux enfants du Service de police d'Ottawa et la Gendarmerie royale du Canada ont aussi participé à l'enquête.

Certains membres de l'équipe avaient refusé de parler aux policiers de Thunder Bay, qui s'étaient déplacés à Ottawa.

De son côté, l'Université d'Ottawa disait prendre l'affaire au sérieux et a mené sa propre enquête.

Le programme de hockey masculin reste suspendu

Les responsables de l'Université d'Ottawa ont fait savoir qu'ils n'accorderont aucune entrevue.

Dans une déclaration écrite, l'établissement dit continuer « à collaborer avec les autorités » et qu'il met « en œuvre des politiques améliorées, y compris de nouvelles lignes de conduite pour nos étudiants-athlètes ».

En juin, l'institution avait démis de ses fonctions l'entraîneur-chef et responsable de l'équipe, Réal Paiement, et suspendu son programme de hockey masculin, ce qui a conduit des joueurs à menacer l'Université de poursuites.

La déclaration indique également « malgré le dépôt d'accusations, l'Université ne modifiera pas sa décision de suspendre le programme [...] pour toute la saison 2014-2015 », mais qu'elle « travaille au rétablissement de son programme ».

Joint au téléphone, le hockeyeur Nicolas Therrien, qui était membre de l'équipe la saison dernière, déplore pour sa part que la suspension du programme ait « éclaboussé » tous les membres de la formation.

« Comme je l'ai déjà dit, l'Université aurait pu attendre à aujourd'hui, quand les accusations sont déposées, pour prendre cette décision-là », a-t-il affirmé.

Réaction de la Fédération étudiante

La Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FEUO) a aussi réagi. Par voie d'un communiqué, elle dit espérer que l'annonce des accusations puisse être une occasion de poursuivre la discussion portant sur la « culture du viol » sur les campus universitaires.

La FEUO dit souhaiter que la direction de l'établissement « mette en place des mesures qui amèneront le futur programme de hockey à devenir un leader dans la lutte contre la misogynie et la culture du viol ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ontario