•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau refus d'une enquête nationale sur les femmes autochtones 

Le premier ministre Stephen Harper était de passage en Colombie-Britannique le mercredi 20 août 2014.
Le premier ministre Stephen Harper était de passage en Colombie-Britannique mercredi. Photo: La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Le premier ministre Stephen Harper a écarté une fois de plus l'idée d'une enquête nationale sur les nombreux cas de femmes autochtones assassinées ou disparues, en dépit des voix qui se sont encore élevées cette semaine pour appuyer une telle démarche dans la foulée de la mort de Tina Fontaine à Winnipeg.

De passage dans le Nord canadien, jeudi, Stephen Harper a qualifié les cas de femmes autochtones assassinées ou disparues comme des crimes et non comme des « phénomènes sociaux ».

« Il est évident qu'il y a une foule d'études sur ce sujet en particulier », a dit le premier ministre, reprenant en partie la position de sa ministre du Patrimoine et des Langues officielles, Shelly Glover.

« Nous ne devrions pas voir ceci comme un phénomène sociologique, mais comme de la criminalité », a déclaré Stephen Harper.

Tina Fontaine était portée disparue depuis le 9 août à Winnipeg.Tina Fontaine était portée disparue depuis le 9 août à Winnipeg. Photo : Police de Winnipeg

Le corps de Tina Fontaine, 15 ans, a été retrouvé dans la rivière Rouge dimanche et la police de Winnipeg croit que sa mort est un homicide. 

Le premier ministre a offert ses condoléances à la famille Fontaine, mais il a réitéré qu'aucune enquête sur le sujet ne serait ouverte.

« La GRC a elle- même dit dans son étude que la majorité de ces cas ont été résolus et qu'ils le sont par le biais d'enquêtes policières », a souligné M. Harper. « Nous allons laisser cela entre leurs mains », a-t-il conclu.

Colombie-Britannique et Yukon

Société