•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blanc-Sablon peut-elle se séparer du Québec?

Le quai de Blanc-Sablon

Le quai de Blanc-Sablon

Radio-Canada
|
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le souhait de la municipalité de Blanc-Sablon de se détacher du Québec pour faire partie de Terre-Neuve-et-Labrador est une procédure possible, mais complexe, selon un professeur de droit constitutionnel de l'Université Laval.

Patrick Taillon souligne que le changement de province peut se faire sur le plan juridique. La municipalité peut en faire la demande, mais « ne peut pas décider seule », précise-t-il. « Il faut que les provinces concernées consentent, en plus d'obtenir le consentement du gouvernement fédéral », explique M. Taillon.

« Les frontières de chacune des provinces au Canada sont garanties en partie par la Constitution canadienne. Depuis 1982, les frontières du Québec ne peuvent pas être modifiées sans l'accord de l'Assemblée nationale », ajoute le professeur.

Des modifications constitutionnelles ont déjà eu lieu, explique Patrick Taillon, mais pas pour des frontières. « Lorsqu'au Québec on a procédé à la déconfessionnalisation du système scolaire pour en faire un système scolaire linguistique, on a procédé à des modifications constitutionnelles en suivant cette procédure », dit-il.

Pour l'instant, la porte est toutefois fermée à double tour du côté de Québec. Le premier ministre Philippe Couillard est catégorique : « le territoire du Québec reste comme il est », a-t-il répondu brièvement en marge d'une conférence de presse mardi.

Un sentiment d'abandon

Située en Basse-Côte-Nord, Blanc-Sablon est isolée du reste du Québec. Depuis plusieurs années, de nombreux résidents aimeraient intégrer Terre-Neuve-et-Labrador, avec qui la municipalité partage ses frontières.

Le maire de Blanc-Sablon, Armand Joncas, dit évaluer les options pour que sa ville y soit rattachée, se sentant délaissée par Québec puisque le prolongement de la route 138 n'a pas encore été achevé, entre autres.

La Basse-Côte-Nord compte environ 6000 habitants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !