•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blanc-Sablon songe à quitter le Québec pour Terre-Neuve-et-Labrador

Municipalité de Blanc-Sablon

Municipalité de Blanc-Sablon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Se sentant délaissée par le Québec, la municipalité de Blanc-Sablon, en Basse-Côte-Nord, envisage de faire plutôt partie de Terre-Neuve-et-Labrador.

La Basse-Côte-Nord est isolée du reste du Québec, à tel point que la fierté de plusieurs résidents pour le fleurdelisé s'effrite au vent. Leur coeur se trouve maintenant de l'autre côté, à Terre-Neuve-et-Labrador. Le maire de Blanc-Sablon, Armand Joncas, évalue l'option de quitter le Québec.

« On pense sérieusement de faire des pressions nationales et internationales demandant de se lier à Terre-Neuve plutôt que de rester au Québec. »

— Une citation de  Armand Joncas, maire de Blanc-Sablon

La Basse-Côte-Nord compte environ 6000 habitants. Plus de 80 % de la population parle anglais. Ses 15 collectivités sont reliées par l'eau et par un bout de route, la 138, inachevée sur près de 500 kilomètres entre Vieux-Fort et Kegaska. C'est la source de tous les problèmes d'identité, selon le maire de Blanc-Sablon.

« À cause que les villes de Terre-Neuve sont plus proches que les villes du Québec, on n'a pas le choix de se sentir plus Terre-Neuviens que Québécois. »

— Une citation de  Armand Joncas, maire de Blanc-Sablon

« Comme entreprise, c'est frustrant parce que notre province ne s'occupe pas de nous autres. On est mieux servis par Terre-Neuve », estime Blandine Jones, propriétaire de l'épicerie Barney's, à Blanc-Sablon.

Le maire de Blanc-Sablon ajoute que les mégaprojets au Labrador et à Terre-Neuve font aussi de l'oeil aux gens de la région. « Notre économie roule quand celle de Terre-Neuve roule, pas celle du Québec », dit-il.

Incapable de trouver de l'emploi au Québec, Joshua Jones, un résident de Blanc-Sablon, en cherche à Terre-Neuve. « C'est plus facile. Il y a moins de voyage et normalement ça coûte moins », explique-t-il.

Les résidents de Blanc-Sablon ne savent plus quels dieux implorer pour pouvoir poursuivre leur route au-delà du cul-de-sac de la 138.

Lorsqu'on a demandé au premier ministre du Québec ce qu'il répondait aux autorités de Blanc-Sablon, Philippe Couillard a été sans appel : « La réponse, c'est que le territoire du Québec reste comme il est. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !