•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de la moitié des étudiants s'endetteront pour étudier

Les droits de scolarité pourraient augmenter pour les étudiants français

Les droits de scolarité pourraient augmenter pour les étudiants français

Photo : iStock

Radio-Canada

Plus de la moitié des étudiants canadiens devront s’endetter pour poursuivre leurs études, révèle un sondage Léger réalisé pour le compte de la Banque CIBC.

De plus, 73 % d’entre eux s’attendent à traîner une dette de plus de 10 000 $ à la fin de leur parcours d'études. Plus de 40 % d’entre eux évaluent qu’elle s’élèvera à plus de 25 000 $.

Optimistes sur le remboursement

Les répondants sont toutefois plus optimistes quant au remboursement de leur dette. Les deux tiers des étudiants estiment qu’ils pourront se débarrasser de leurs dettes en cinq ans ou moins.

« Leurs intentions sont admirables, mais elles ne sont peut-être pas réalistes. Une fois diplômés, alors qu'ils s'apprêtent à lancer leur carrière, les étudiants voudront sans doute quitter le nid familial, épargner afin de s'offrir une voiture ou faire une mise de fonds en vue d'acheter une maison, ou encore fonder un foyer », a analysé Christina Kramer, vice-présidente à la direction des services bancaires de CIBC.

Le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) Jonathan Bouchard, abonde dans le même sens. « L'endettement retarde des projets de vie futurs [...] Au Canada, 24 % des bacheliers ont de la difficulté à rembourser leurs prêts », a-t-il indiqué en entrevue téléphonique. 

En revanche, 34 % des étudiants pensent pouvoir rembourser leur dette en plus de six ans.

D’ailleurs, un sondage de CIBC rendu public au début du mois d’août démontrait que plusieurs étudiants sentent le besoin de travailler pendant l’année scolaire. Une majorité écrasante d’entre eux (73%) occuperont un emploi à temps partiel durant l’année scolaire pour pouvoir subvenir à leurs besoins.

Selon la Fédération des étudiantes et étudiants du Canada, les étudiants de l’Ontario et des provinces maritimes présentent les dettes les plus élevées du pays, avec une moyenne de 28 000 $. Les étudiants ontariens paient les frais de scolarité les plus élevés au Canada, soit 7259 $ par année.

L'endettement freine l'accès aux études, selon la FEUQ

La FEUQ estime que l'endettement est un grave fléau chez les étudiants. « L'étudiant endetté pourrait avoir tendance à rallonger la durée de ses études et il est moins propice à poursuivre aux cycles supérieurs », a déploré M. Bouchard.

Selon des données recueillies par l'association, 59 % des étudiants québécois qui n'ont pas de dette poursuivraient leur parcours scolaire au-delà du premier cycle. En comparaison, seulement 46 % des étudiants endettés iraient aux cycles supérieurs. 

La FEUQ croit que le gouvernement doit, dès maintenant, réévaluer l'aide financière en fonction du coût de la vie actuel pour diminuer l'endettement des étudiants. « Mensuellement, l'évaluation des besoins des étudiants est 100 dollars plus basse que le coût de la vie », a souligné son président. 

Le sondage a été réalisé en ligne du 10 au 17 juillet dernier auprès de 500 étudiants au niveau collégial et universitaire. La marge d’erreur est évaluée à plus ou moins 4,38 %, 19 fois sur 20. 

Ontario

Société