•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Garde nationale appelée en renfort à Ferguson

Des manifestants se dispersent après que la police eut lancé des gaz lacrymogènes et des fumigènes, dimanche, avant même le début du couvre-feu.

Photo : Getty Images / Joshua Lott

Radio-Canada

Les policiers ont à nouveau fait usage de gaz lacrymogènes et de fumigènes la nuit dernière pour disperser les manifestants, au moment où la manifestation pacifique a commencé à dégénérer, quelques heures avant le début du couvre-feu.

Un couvre-feu est en vigueur de minuit à 5 h depuis samedi.

Le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a ordonné aujourd'hui à la Garde nationale des États-Unis de se déployer dans les rues de la petite ville de Ferguson, qui est le théâtre de manifestations depuis la mort de Michael Brown, un adolescent noir, tué par un policier blanc, samedi dernier.

Alors que quelque 400 personnes, dont des familles présentes avec des enfants, manifestaient pacifiquement pour une huitième soirée consécutive, la manifestation a tourné au grabuge après que certaines personnes eurent lancé des cocktails Molotov, dit la police.

Les policiers antiémeutes ont alors ordonné à la foule de se disperser, a expliqué le capitaine Ron Johnson, chef du maintien de l'ordre à Ferguson. Une partie des manifestants ont alors obtempéré, mais un groupe d'une centaine de personnes est resté sur place.

Les policiers sont alors intervenus, avec le soutien de chars, et ont lancé du gaz lacrymogène et des fumigènes sur un groupe de manifestants qui s'approchaient de leur poste de commandement et devenaient violents envers les agents, selon M. Johnson.

« Des cocktails Molotov ont été lancés. Il y a eu des tirs, des pillages, du vandalisme et d'autres actes de violence qui à l'évidence ne paraissent pas avoir été spontanés, mais prémédités [...] pour provoquer une réaction », a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse au cours de la nuit.

« Nous sommes déterminés à restaurer la paix et la sécurité dans la communauté », a encore ajouté le capitaine, après avoir indiqué que plusieurs commerces avaient été vandalisés.

Au moins deux manifestants ont été blessés, selon le chef du maintien de l'ordre, qui n'a pas voulu indiquer si la police avait procédé à des arrestations.

« Ce soir, un jour d'espoir, de prières et de manifestations pacifiques a été gâché par les actes criminels d'individus de plus en plus organisés et nombreux », a déploré, dimanche Jay Nixon, qui estime que ces nouveaux événements justifient l'intervention de la garde nationale pour ramener l'ordre et le calme.

Une manifestante, Lisha Williams, est exaspérée. Elle affirme que les manifestants marchaient pacifiquement et que personne ne s'était montré menaçant.

Les manifestants récalcitrants ont disposé des blocs de béton près du magasin QuikTrip, qui avait été brûlé la semaine dernière. Il s'agissait vraisemblablement d'une tentative pour bloquer les véhicules et chars de la police, qui ont traversé les barrages sans problème. Des tirs étaient entendus quelques coins de rue plus loin.

La tension est grande entre les policiers et les manifestants à Ferguson, pour une huitième nuit.

La tension est grande entre les policiers et les manifestants à Ferguson, pour une huitième nuit.

Photo : Lucas Jackson / Reuters

La nuit de samedi à dimanche avait également été marquée par des violences, après que des manifestants eurent enfreint le couvre-feu. La police avait alors fait usage de gaz lacrymogène et de fumigènes pour disperser la foule après qu'un manifestant eut été touché par balle par un autre manifestant, toujours en fuite. Elle a procédé à l'arrestation de sept personnes.

Le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a annoncé samedi l'instauration, jusqu'à nouvel ordre, d'un couvre-feu en vigueur de minuit à 5 h, heure locale (1 h à 6 h HAE). Il a aussi déclaré l'état d'urgence dans la ville de Ferguson, secouée depuis une semaine par de violentes manifestations après la mort de Michael Brown.

 

Avec les informations de CNN, Associated Press, et Reuters

International