ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le policier qui a abattu Michael Brown n'était pas au courant du vol à l’étalage

Le chef de la police de Ferguson, Thomas Jackson

Photo : Jeff Roberson / AP

Radio-Canada

Le jeune Noir de 18 ans abattu par un policier au Missouri était le principal suspect d'un vol à l'étalage le soir même du drame, mais l'agent qui l'a abattu n'était pas au courant de cette accusation, selon la police de Ferguson.

Peu avant d'être abattu, le jeune Michael Brown aurait dérobé plusieurs paquets de cigarillos Swisher Sweets, d'une valeur de 48,99 $, dans une station d'essence, a déclaré Tom Jackson, le chef de la police de Ferguson. Cette information serait appuyée par des images captées par une caméra de surveillance.

Or, le policier qui a abattu Michael Brown n'était pas au courant de ce braquage, a révélé le chef de police lors d'un deuxième point de presse vendredi.

L'agent Darren Wilson procédait plutôt à une intervention de routine pour intercepter le jeune Michael Brown qui bloquait la circulation. De la marchandise volée a cependant été retrouvée sur le corps de l'adolescent.

Le chef Tom Jackson refuse toutefois de dire pourquoi l'agent Wilson a cru bon d'utiliser son arme contre Michael Brown.

Selon la famille de Michael Brown, qui accuse la police de manquer de transparence, les allégations de vol ne visent qu'à ternir l'image de la victime et à détourner l'attention de la tragédie.

Michael Brown avait les mains en l'air quand il a été abattu en plein jour. Ce qui s'est passé au cours des 18 années avant, ça n'a aucune importance.

l'avocat de la famille

Plusieurs habitants de Ferguson ont d'ailleurs remis en doute la véracité des informations transmises par la police. Certains affirment que l'homme apparaissant dans la vidéo n'est pas Michael Brown.

« Michael Brown n'a jamais eu de problèmes, cela ne rime à rien. Plus j'en entends, moins je crois les dires de la police », a réagi un résident, illustrant le scepticisme de plusieurs citoyens.

Selon la police de Ferguson, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme. Selon un témoin, le jeune homme marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et l'a abattu alors qu'il avait les mains en l'air.

Le FBI, police fédérale, a lancé sa propre enquête.

Notre envoyé spécial à Ferguson, Yanik Dumont Baron, explique que la manifestation de vendredi soir est plutôt festive :

Identité du policier révélée

Plus tôt, le chef de police a également rendu public le nom du policier qui a abattu le jeune homme, ce que réclamaient les manifestants depuis samedi dernier.

Darren Wilson est un policier avec six ans d'expérience, et qui n'a apparemment aucune tache à son dossier.

Jusqu'à présent, la police ne voulait pas rendre publique l'identité du policier impliqué, car elle disait craindre pour sa sécurité. Darren Wilson est suspendu avec salaire depuis les évènements tragiques.

La mort de Michael Brown est à l'origine d'une vague d'émeutes qui ont duré près d'une semaine. À Ferguson, où la majorité des résidents sont afro-américains, et où seulement 3 des 53 policiers de la ville le sont aussi, les manifestants accusent les forces de l'ordre de racisme.

Égoportraits avec les policiers

Après quatre nuits d'émeutes, les autorités du Missouri se sont réjouies vendredi de voir l'ordre rétabli dans la ville.

Ce retour au calme pourrait être relié à un changement de ton de la part des forces policières. Hier, le gouverneur Nixon a transféré la responsabilité des opérations de la police locale à la police de l'État du Missouri.

Lors de la manifestation pacifique de jeudi soir, le capitaine Ronald Johnson, lui-même Noir et nouvellement chargé du dossier, a rejoint les premiers rangs du rassemblement et a appelé à une « véritable diversité » au sein des corps policiers américains.

« Lundi soir, les habitants avaient vraiment peur pour leurs vies. Ce soir ils prennent des selfies avec les policiers », résume Wesley Lowery, correspondant pour le Washington Post.

Ronald Johnson parmi les manifestants, le 14 août 2014

Le capitaine Ronald Johnson parmi les manifestants, jeudi soir

Photo : Lucas Jackson / Reuters

« La nuit dernière s'est très bien déroulée », a dit Ronald Johnson en point de presse. « Nous n'avons arrêté personne. Les gens se parlaient, ils s'inspiraient réciproquement, ils se faisaient entendre. Nous communiquions beaucoup mieux et ils communiquaient mieux avec nous. »

La police locale de Ferguson avait été vivement critiquée pour sa gestion des manifestations. On lui a reproché d'avoir usé d'une trop grande force pour contrôler les émeutiers - balles de caoutchouc, gaz lacrymogènes, canons assourdissants, etc. – et d'avoir procédé à l'arrestation de deux journalistes qui rédigeaient leurs articles dans un restaurant McDonald's. Même le président Barack Obama a dénoncé cette dernière intervention.

M. Obama a par ailleurs lancé un appel au calme hier et invité les autorités à faire preuve de transparence.

 

Des policiers ont pris part, jeudi soir, au défilé aux côtés des manifestants qui protestent contre l'homicide du jeune Michael Brown, tué par un policier samedi dernier.

Des policiers ont pris part, jeudi soir, au défilé aux côtés des manifestants qui protestent contre l'homicide du jeune Michael Brown, tué par un policier samedi dernier.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

International