•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Règlement sur la protection de l’eau potable : vague de contestations

Les explications de Denis Leduc
Radio-Canada

Des citoyens de Gaspé ne lâchent pas prise concernant l’exploitation pétrolière sur leur territoire. L’entrée en vigueur, aujourd’hui, du Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) donne le feu vert à Pétrolia et ses forages au puits Haldimand no 4.

Des Gaspésiens promettent de poursuivre la lutte pour empêcher la compagnie Pétrolia d’exploiter le gisement pétrolier. La société d’exploitation compte recommencer ses activités d'exploitation d’ici le mois d'octobre.

Le regroupement Ensemble pour un avenir durable du grand Gaspé a fait valoir, en conférence de presse ce matin, que les normes annoncées par le gouvernement Couillard à la fin du mois de juillet sont loin de garantir la protection des sources d’eau potable.

Le RPEP rend obsolète le règlement que la Ville de Gaspé avait adopté en 2013 et qui interdisait tout forage à deux kilomètres d'une source d'eau potable.

Le règlement provincial proscrit plutôt de tels travaux pétroliers ou gaziers à une distance de 500 mètres.

Des citoyens souhaitent contrer les forages de Pétrolia. À gauche, Chantal Savaria.Des citoyens souhaitent contrer les forages de Pétrolia, à gauche, Chantal Savaria. Photo : Radio-Canada

Les spécialistes du regroupement prétendent qu'il existe un risque de contamination. Ils contestent les prétentions de Pétrolia. Cette dernière mentionne que les forages seront des forages conventionnels, sans fracturation hydraulique. Ils ne toucheraient donc pas la roche mère, où le pétrole est emprisonné. Les spécialistes croient que la société d’exploitation n’aura pas le choix et qu'elle devra procéder par fracturation.

« Un forage vertical comme ils ont fait à Haldimand no 1 et no 2, ils voient que les volumes extraits ne sont pas suffisants, en faisant une extension latérale, on sort plus de pétrole, ce qui amène éventuellement une technique par fracturation hydraulique », explique l’ingénieur et hydrogéologue Chantal Savaria.

La réglementation de Gaspé a mené à un débat provincial, 70 municipalités avaient aussi adopté un règlement pour restreindre les forages pétroliers et gaziers sur leur territoire.

Voir à long terme

Les citoyens ont des craintes quant à l'impact à long terme de l'exploitation pétrolière dans les municipalités.

On est en train de préparer des dizaines de Lac-Mégantic, des dizaines de situations où les citoyens vont devoir assumer les conséquences.

Richard Langelier, juriste et sociologue

« Pourquoi limiter dans le temps la responsabilité par rapport à une pollution qui va s'échelonner sur un temps indéterminé », mentionne Richard Langelier.

La nouvelle réglementation exige que les entreprises fassent un suivi jusqu'à 10 ans après la fin d'une éventuelle exploitation.

Est du Québec

Environnement